Subscribe

Un New York très français

Le photographe français Jean-Michel Berts a choisi New York comme source d’inspiration. Après avoir capturé l’image d’un Paris somptueux, il offre la sensibilité de son regard aux Américains à travers une exposition et un ouvrage: Lights of New York.

Du noir, du blanc, de la douceur et un certain mystère émanent des photographies de Jean-Michel Berts. L’artiste, qui s’est tourné très tôt vers la reproduction par la lumière, présente aujourd’hui son deuxième ouvrage Lights of New York. En assistant Daniel Podva dans les années 80, il perfectionne sa technique photographique dans le milieu publicitaire : Yves Saint Laurent, Dior, Hermès ou Jean-Paul Gaultier, etc. Il s’éloigne ensuite du luxe pour se tourner vers d’autres sujets non moins splendides : l’architecture des grandes villes emblématiques.

Paris est son premier modèle. Ce choix s’impose à Jean-Michel Berts comme une évidence. D’abord parce qu’il habite ses murs, ensuite parce que nulle autre ville ne traduit aussi bien l’émotion qu’il cherche à révéler. Clichés d’élégance, de mystère, d’intemporalité et d’insondable… Le Paris qui ressort du bromure d’argent semble venir d’une autre époque, d’un autre monde. Aucune silhouette n’apparaît sur ces instantanés volés à une ville qui héberge pourtant plus de deux millions d’âmes. Dans un jeu de clairs-obscurs, il montre la métropole sous un nouveau visage : son architecture éclectique, qui traverse les années sans perdre son charme, malgré quelques égratignures et retouches indissociables des époques qui se succèdent. Dans son ouvrage The Lights of New York, Jean-Michel Berts revisite la cité avec cette sensibilité qu’il a fait sienne. Aux antipodes de David LaChapelle, il amène à la plus grande ville des États-Unis une nouvelle dimension.

New York, sa population, ses lumières, son agitation frénétique. Elle est aussi connue pour être « la ville qui ne dort jamais ». Depuis toujours la muse de nombreux artistes, elle avait rarement montré cette facette d’elle-même. Dans l’ouvrage de Jean-Michel Berts, la majestueuse endormie semble s’éveiller d’une longue nuit qui succèderait à une gigantesque fête décadente. La brume matinale voile ses édifices tantôt démesurés et miroitants, tantôt émouvants et pittoresques. Plus improbable encore, ces rues désertes où seuls les détails historiques, témoins de la venue de l’homme, s’échappent en silence. Romantiques, magiques, perturbantes et parfois chaotiques, ces photographies sont une occasion unique de porter un regard étranger sur une ville qu’on ne soupçonnait pas.

Découvrez the Light of New York, l’exposition et le livre, à la galerie Sous Les Étoiles

http://www.souslesetoilesgallery.net/

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related