Subscribe

Un nouveau musée au cœur de Philadelphie pour la Fondation Barnes

Mercredi 4 avril, la Fondation Barnes présentait à New York l’édifice de son nouveau musée, qui ouvrira ses portes en mai à Philadelphie.

Alors que les conservateurs sont à Philadelphie (Pennsylvanie) en train d’accrocher les tableaux de la prestigieuse collection Barnes dans leur nouvelle galerie, Derek Gillman, le président de la Fondation du même nom, donne un déjeuner à New York pour dévoiler les dernières photos du musée. C’est l’occasion pour le couple d’architectes, Tod Williams et Billie Tsien, de commenter leur travail, en compagnie du non moins réputé paysagiste Laurie Olin.

Jusqu’alors à Merion, dans la banlieue de Philadelphie, la collection d’impressionistes rejoint le cœur de la ville, entre le Musée Rodin et l’Institut Franklin, musée des sciences. L’essence de ce nouveau site réside dans le rapport entre intérieur et extérieur. “A Merion, la galerie se trouvait au calme, au milieu d’un grand jardin. On a voulu garder cette atmosphère, même en ville, donc on a créé un jardin dans la galerie”, explique Billie Tsien.

En plus des arbres plantés au milieu d’une salle de lecture, des espaces extérieurs créent des lieux de vie avant d’entrer voir les toiles. Mais surtout, c’est la lumière qui a été au centre des réflexions. Les architectes ont privilégié l’éclairage naturel avec un immense puits sur le toit du bâtiment. De petites ouvertures ont même été ajoutées tardivement, de formes et de tailles variées adaptées spécifiquement à chaque pièce de la galerie et à ses œuvres. “On a le sentiment que les toiles ont été restaurées mais c’est simplement qu’on les voit différemment”, raconte Billie Tsien, qui confie avoir pleuré en accrochant un Matisse. “Les peintures reprennent vie”, s’enthousiasme Tod Williams.

Il faut dire que la luminosité faisait défaut dans le petit château de Merion. Pour ne pas abîmer la plus grande collection de Cézanne au monde, les Renoir, les Picasso, comme les stores étaient fermés en permanence. C’est l’un des arguments qui a encouragé la Fondation Barnes à déménager, l’autre point fort du centre-ville étant une plus grande accessibilité pour le public. Le musée pourra désormais être ouvert six jours par semaine et la Fondation, qui compte 16 000 membres, espère un grand succès pour faire oublier la controverse autour de ce déménagement.

Ouverture du musée le 19 mai, gratuit jusqu’au 28 mai. 2025 Benjamin Franklin Parkway, entre la 20e et la 21e rue, Philadelphie.

Retrouvez toute l’histoire de la Fondation Barnes et de son déménagement dans le numéro de mai 2012 de France-Amérique !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related