Subscribe

Un one woman show sur Piaf à New York

On croyait tout savoir sur Edith Piaf. Surtout depuis La Môme ( La vie en rose en version anglaise), le film d’Olivier Dayan avec Marion Cotillard. Pourtant avec le spectacle de la Canadienne Naomi Emmerson, donné actuellement à New York au Soho playhouse, on redécouvre la fragilité de ce bout de femme que la vie n’aura pas épargné mais qui a fait de l’amour sa raison d’être. À ne pas manquer.

Chanteuse, actrice, originaire de Montreal, Naomi Emmerson a découvert Piaf en 1992 lorsque Roger Peace lui a présenté cette pièce qui sera montrée pour la première fois à Toronto en 1993. Ce one woman show dans lequel elle incarne Piaf, monologuant en anglais sur sa vie et interprétant en français 13 chansons originales, a été recréé en 2005 pour le Toronto Finge festival, avant de tourner au Québec.

Chez nous on était plutôt anglophone, on ne connaissait pas Edith Piaf. J’ai commencé à lire, à écouter tout ce que je pouvais trouver sur la chanteuse française mais il y avait à l’époque très peu de choses disponibles“, raconte la Canadienne. Elle a retrouvé sur YouTube le match de Marcel Cerdan, le 21 septembre 1948, à Jersey City dans lequel il gagne le titre de champion du monde contre Tony Zale, a visité le musée Piaf à Paris, consulté à la Bibliothèque Nationale les lettres de Piaf au poète Jacques Bourgeat, publiées en 2004, pour se glisser dans la peau du personnage. “C’était émouvant de voir l’écriture de Piaf sur les microfilms accompagnés de petits dessins” dit encore Naomi Emmerson.

Le résultat est impressionnant. Naomi Emmerson est Piaf pendant 110 minutes, trouvant le ton juste de la gouaille parisienne bien rendu en anglais, chantant La Vie en Rose ou Padam Padam en imitant cette voix de tête obsédante de la Française. Un pari difficile. “Je ne suis pas Piaf, on peut retrouver ses chansons originales lorsqu’on rentre chez soi. Dans le spectacle, textes et chansons s’enchaînent, ondulent pour rendre compte du style très fort de l’époque.” explique Naomi Emmerson, installée depuis un an à Brooklyn avec son mari l’artiste de jazz Jake Langley. Le décor de guingois rend aussi compte de cette valse parfois désaccordée sur laquelle Piaf dansait ou trébuchait. “Les meubles sont peints en blanc pour y écrire sa vie, les fleurs sont des roses rouges couleur de l’amour. J’ai moi-même réalisé ce décor d’après une illustration de Charles Kiffer trouvée sur la pochette du Bel indifférent, d’après la pièce de Jean Cocteau“.

Vivre dans la peau de la Môme, cela ne doit pas être rose tous les jours! “Dans le texte de Roger Peace l’accent est mis sur l’amour et son espoir de survie. Mais elle était très seule et je peux comprendre cette solitude profonde qu’il nous arrive à tous d’éprouver. Il ne faut pas non plus oublier qu’elle vivait dans une grande douleur physique qu’elle a essayé d’oublier dans la drogue“. Après New York, Naomi Emmerson aimerait bien faire une tournée régionale aux Etats-Unis. Et la France? “Je crois que je n’oserai pas…” Dommage. son interprétation est assez forte pour traverser les frontières.

Piaf, Love Conquers All
avec Naomi Emmerson
Soho Playhouse, 15 Vandam Street, (entre 6ème avenue et Varick)
(212) 691 15 55

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Iconic: The Vuarnet SunglassesIconic: The Vuarnet Sunglasses Originally destined for high-altitude resorts and adopted by city-dwelling fashionistas and celebrities, the French brand will open on July 14 its first U.S. boutique in the SoHo […] Posted in Culture, Lifestyle
  • Le Palais des Thés ouvre boutique à New YorkLe Palais des Thés ouvre boutique à New York France-Amérique vous l'annonçait il y a un an : la marque française Le Palais des Thés s'implante aux Etats-Unis. Elle ouvre ce jeudi 15 novembre sa toute première boutique à New […] Posted in Culture