Subscribe

Un pont pour le jazz entre la France et Chicago

Le 26 avril, un concert de jazz à Chicago réunira deux musiciens français et deux Américains pour le lancement officiel de The Bridge, partenariat musical et transatlantique sur le long terme.

Tournées outre-Atlantique, concerts ponctuels, enregistrements d’album à l’étranger… Les collaborations internationales sont souvent limitées dans le temps. Alexandre Pierrepont, un anthropologue qui travaille sur l’aspect social de la musique, a voulu aller plus loin. Ce programmateur, directeur de projets et conseiller artistique aux multiples casquettes travaille entre la France et l’Amérique du Nord. Il a décidé de mettre à profit son réseau dans l’Illinois pour établir une relation longue distance et longue durée entre artistes français et américains.

Avec Johan Saint et Nader Beizaei, installé à New York, il crée  l’association The Bridge qui germe dans son esprit le jour en février, lors du festival Sons d’hiver dans le Val-de-Marne. Un concert de lancment du projet se tiendra le 26 avril, au Claudia Cassidy Theater du Chicago Cultural Center. A l’affiche : Fred Jackson et Frank Rosaly pour les locaux, Stéphane Payen et Edward Perreau pour représenter l’Hexagone. Une répartition qui illustre les intentions de The Bridge : chaque année, quatre voyages de paires de musiciens seront organisés.

Pendant presque deux semaines, les jazzmen français feront la tournée des adresses locales dans le Midwest. Inversement, les Américains prendront part à de multiples festivals partenaires en France. “Le but est d’en faire un événement régulier et attendu”, explique Nader Beizaei. “Ainsi on crée un réseau qui deviendra autonome, une structure permanente sur laquelle pourront s’appuyer les musiciens et qui aura une implantation quasi organique.” Avec cette recherche d’innovation dans le monde musical, les organisateurs souhaitent aussi garantir une rémunération à leurs participants et leur offrir une visibilité nouvelle, de par l’étape cruciale de la tournée à l’international.

Enfin ces chercheurs de formation aspirent également à documenter l’activité autour des échanges et à tout archiver, pour créer un fonds documentaire du jazz. Avec la diversité sociologique des participants sélectionnés, les partages culturels transatlantiques, l’établissement d’une toile de contacts solide, The Bridge entend initier une correspondance pour des années et des années, et étendre toujours plus le nombre de ses membres.

http://acrossthebridges.tumblr.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related