Subscribe

Un rabbin new-yorkais traite la France de «prostituée pragmatique»

Dans un blog hébergé par le site internet du grand quotidien new-yorkais Daily News, le rabbin Yaakov Spivak critique le récent boycott de produits israéliens dans des supermarchés de la région parisienne et accuse la France d’être une « prostituée ». Des propos avec lesquels les principales associations juives françaises et américaines prennent leurs distances.

Le rabbin Yaakov Spivak, animateur d’un talkshow quotidien sur une radio locale new-yorkaise, ne mâche pas ses mots. Sur son blog hébergé par le quotidien new-yorkais Daily News, il accuse la France d’être une « prostituée » qui reste inactive face aux actes antisémites. Le rabbin fait référence aux actions d’Europalestine, un groupe pro-palestinien en France, qui se rend régulièrement dans des supermarchés de la région parisienne pour boycotter les produits israéliens. L’auteur de l’article fait le parallèle avec l’Allemagne nazie.

Joint par téléphone, le rabbin Yaakov justifie la comparaison et le choix de ses mots par sa volonté d’attirer l’attention sur l’antisémitisme important qu’il y a, selon lui, en France. « Les juifs orthodoxes n’osent pas s’afficher et porter leur kippa », affirme-t-il. « Ces actions de boycott des produits israéliens rappellent ce qui s’est passé dans les années 1930. On pourrait imaginer qu’avec son histoire horrifiante, cette France qui a collaboré avec l’Allemagne nazie pendant l’Holocauste, serait très sensible à l’antisémitisme. Or les juifs de France ont peur de s’afficher. »

Joint à Paris, Serge Cwajgenbaum, secrétaire général du Congrès juif européen, ne partage pas cet avis. « Il faut garder raison »,  explique-t-il. « Les Juifs de France sont perturbés par les incidents antisémites répétitifs, mais il existe en France des lois qui interdisent le boycott et les autorités agissent toujours plus et mieux dans la lutte contre l’antisémitisme. Je pense aussi que l’auteur méconnaît le judaïsme français. Il est extrêmement vivant. Les juifs sont très visibles dans Paris. Je n’ai jamais vu autant de jeunes juifs porter leur kippa qu’à l’heure actuelle. » 

Serge Cwajgenbaum souligne également que plus d’actes antisémites sont recensés en Angleterre, en Belgique, aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves qu’en France. « L’antisémitisme est une maladie endémique qui traverse les générations et transcende l’histoire », dit-il. « Mais il ne faut surtout pas laisser croire que la France serait la patrie de l’antisémitisme dans le monde. Car le croire serait banaliser l’antisémitisme ailleurs. »

Au siège de l’Anti-Defamation League à New York, Michael Salberg, directeur des affaires internationales, affirme pour sa part que les images des « descentes » d’Europalestine dans les supermarchés sont « douloureuses à voir ». Il ajoute cependant que le comparaison avec la Deuxième Guerre mondiale est « quelque peu exagérée » : « Il ne faut pas comparer 2009 à l’Holocauste », dit-il. « La France est très différente aujourd’hui. C’est un État de droit et le respect pour les juifs y est bien plus important qu’il y a 65 ans. Cela dit, il faut rester vigilant face aux dangers de l’antisémitisme. »

Pour les autorités françaises qui ont réagi par la voix de leur consulat à New York, « la position exprimée par le rabbin Yaakov Spivak dans son blog est une position isolée qui ne reflète pas celle de la communauté juive dans sa majorité, avec laquelle nous entretenons d’excellentes relations. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related