Subscribe

Un recueil de photos ressuscite le voguing

Dans le New York un peu destroy des années 80, le voguing se popularise. La photographe Chantal Regnault publie des clichés inédits de cette danse assez confidentielle, née à Harlem.

Dans les bals de jeunes afro-américains, des groupes d’hommes, homosexuels et à la rue pour la plupart, improvisent des chorégraphies, rythmées par des poses façon couverture de magazine. Plus qu’un loisir, le voguing forge très vite une communauté familiale, réunissant travestis et transgenres dans des maisons qui essaiment à Manhattan.

Le recueil de photos de Chantal Regnault, Voguing and the house ballroom scene of New York city 1989-92, met en scène ces personnages très glamour. La Française, issue du milieu littéraire et universitaire parisien, s’installe à New York au début des années 70. Captivée par l’univers de la rue, elle se met à la photo. “En 1988, j’ai lu deux articles sur le voguing, dans le Village Voice, qui était LE journal de référence. Je me suis immédiatement mise en marche pour trouver le prochain bal qui aurait lieu et m’y rendre”, raconte celle qui a ensuite documenté ces soirées endiablées jusqu’en 1992.

Pendant vingt ans, la galerie de portraits est restée dans des boîtes chez la photographe. Elle ressurgit aujourd’hui comme un témoignage saisissant d’une époque. “Les trois quarts des personnes que j’ai cotoyées sont mortes depuis du Sida”, précise Chantal Regnault. Après avoir habité à Haïti de 1993 à 2010, la photographe a repris contact avec ses anciennes amies vogueuses pour préparer le livre. Elle a découvert la nouvelle vie des survivantes, loin des pistes de danse et du monde de la nuit. “Mais le mouvement ne s’est pas éteint ! “, s’exclame-t-elle. “Dans les années 90, des maisons se sont créées sur la Côte ouest et un peu partout aux Etats-Unis. Même si ce n’est pas comparable avec les six grandes maisons, connues, de l’époque, il y a ajourd’hui une foultitude de mini houses.”

Voguing and the House Ballroom Scene of New York City 1989-92, 200 pages, paru chez Soul Jazz Books (Londres). Un CD sortira en février 2012 pour accompagner le livre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related