Subscribe

Un vent mauvais souffle sur les démocrates à la veille des législatives

Les tout derniers sondages publiés lundi aux Etats-Unis semblaient annoncer une nette victoire républicaine aux élections législatives de mardi, au grand dam du parti démocrate du président Barack Obama qui pourrait perdre les deux chambres du Congrès.

Les dernières enquêtes confirmaient que l’opposition devrait prendre la majorité à la Chambre des représentants et pourrait même s’emparer du Sénat, dont seuls 37 sièges sur 100 sont en jeu cette année. Deux ans après l’élection triomphale de M. Obama à la Maison Blanche, les élections de “mi-mandat” concentrent le mécontentement d’Américains qui ne voient guère d’amélioration sur le front de l’économie et de l’emploi. Les sortants risquent d’en faire les frais. Selon un sondage de l’institut Gallup, les républicains mènent par 55% des intentions de vote contre 40% seulement aux démocrates parmi les électeurs les plus susceptibles de se rendre aux urnes. Cet écart est le plus fort en faveur des républicains depuis 1974, lorsque ce parti avait succombé au scandale du Watergate, selon cette enquête dont la marge d’erreur est de plus ou moins 3 points de pourcentage. “Ce sont des élections serrées”, a reconnu dimanche le président Obama, qui a effectué une tournée électorale de cinq Etats en un week-end afin de mobiliser ses partisans.

Selon un autre sondage publié dimanche soir, près de la moitié des électeurs inscrits souhaiteraient que le Congrès soit contrôlé par les républicains. Selon ce sondage, réalisé pour la chaîne NBC News et le Wall Street Journal, 49% des électeurs préféreraient que le Congrès soit contrôlé par les républicains et 43% par les démocrates. Parmi les duels les plus en vue, le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, joue sa survie politique dans son Etat du Nevada (ouest), qui détient les tristes records des taux de chômage et de saisies immobilières les plus élevés du pays. Sa rivale ultra-conservatrice Sharron Angle mène la course d’un point, selon un sondage de l’institut Public Policy Polling (PPP). Au Nevada comme ailleurs, l’issue du scrutin dépendra de la capacité des démocrates à mobiliser les catégories qui avaient donné la victoire à Barack Obama en 2008: Noirs, jeunes, femmes et Latinos.

Un autre duel très suivi se déroule dans l’Illinois (nord), où le républicain Mark Kirk devance son adversaire démocrate Alexi Giannoulias par 46% contre 42%, selon PPP, pour s’emparer de l’ancien siège de sénateur de Barack Obama. Si le républicain l’emporte, le coup serait symboliquement très dur pour le parti du président, vaincu dans son propre fief. Lundi, le président devait contacter des bénévoles du parti démocrate en Floride, au New Hampshire, au Nouveau-Mexique et à Hawaii et accorder des entretiens à des radios, a indiqué son porte-parole Robert Gibbs. “Si tous ceux qui ont combattu pour le changement en 2008 viennent voter en 2010, nous allons gagner cette élection”, a lancé le président samedi devant ses partisans à Chicago.

Les élections de mi-mandat sont traditionnellement difficiles pour le parti au pouvoir. A la Chambre des représentants, dont les 435 sièges sont en jeu, les républicains n’ont qu’à s’emparer de 39 sièges pour détenir la majorité.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related