Subscribe

Une exposition sur l’histoire new-yorkaise du “Petit prince” de Saint Exupéry

Le 24 janvier à New York s’ouvrira à la Morgan Library une grande exposition sur Le Petit prince, un conte écrit par Antoine de Saint Exupéry à Long Island en 1942.

L’exposition “The Little Prince : A New York Story,” présente entre autres 35 des aquarelles originales et 25 pages (sur 140) tirées du manuscrit original, écrit à la main par Antoine de Saint Exupéry. L’exposition documente le processus créatif de l’auteur. On y retrouve des passages supprimés de l’histoire, des pages contenant des ratures et des dessins inédits.

Dans le texte original, on découvre par exemple plusieurs références à New York – au Rockefeller Center et à Long Island notamment -, finalement retirées avant publication. Rien d’étonnant lorsque l’on sait qu’Antoine de Saint Exupéry résidait à New York lorsqu’il a écrit son conte le plus célèbre.

Le Petit prince, né du blues new-yorkais de Saint Exupéry

Arrivé en paquebot le soir du 31 décembre 1940, Antoine de Saint Exupéry débarque à New York avec le désir de jouer un rôle politique majeur au sein de la Résistance. Surnommé “le résistant de la 5e avenue”, il constate malgré lui que son influence n’est pas aussi grande qu’il l’aurait souhaité au sein des opposants au régime de Vichy.

L’homme est malheureux à New York. Loin de la France, loin du front, il mène une vie dissolue. Sentant son mal de vivre, la femme de Curtice Hitchcock, l’éditeur de Saint Exupéry, lui propose d’écrire un conte. Et c’est lors d’un dîner au restaurant avec son éditeur, que l’auteur se met à dessiner le Petit prince sur une nappe. Curtice Hitchcock s’empresse alors de trouver une maison loin du tumulte de Manhattan pour qu’Antoine de Saint Exupéry puisse se consacrer à l’écriture de son ouvrage.

Et c’est à Northport, dans une petite ville calme de Long Island, que l’écrivain imagine les aventures du Petit prince, rédigées sur un cahier d’école, les croquis dessinés dans la marge. La femme de l’écrivain, Consuelo, dira de cette demeure qu’elle était “la maison du Petit prince”. L’écrivain, lui, parlait “d’un refuge, un endroit idéal pour l’écriture”.

The Little Prince : A New York Story, du 24 janvier au 27 avril.

 

Avec ou sans trait d’union ?

Pourquoi France-Amérique a choisi de ne pas mettre de trait d’union dans l’orthographe de Saint Exupéry. D’abord son descendant Olivier D’Agay nous a assurés qu’il n’y en avait pas, comme le prouve l’état civil de l’écrivain. C’est aussi sans trait d’union que l’auteur du Petit Prince signait ses lettres ou encore ses chèques. Enfin, l’inscription à la gloire de l’aviateur sur le Panthéon à Paris reprend cette orthographe sans trait d’union. Le tiret a été ajouté par son éditeur et est aujourd’hui l’orthographe la plus courante, bien qu’inexacte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • New York, berceau du Petit PrinceNew York, berceau du Petit Prince Venu à New York en 1941 avec l’ambition de créer une alternative au général de Gaulle au sein de la résistance française, Antoine de Saint Exupéry a vu ses espoirs politiques vite déçus. […] Posted in Books
  • The Little Prince Was Born in the USAThe Little Prince Was Born in the USA Of all the books written in French over the past century, Antoine Saint Exupery’s Le Petit Prince is surely the best loved in the most tongues. Alain-Fournier’s Le Grand Meaulnes is as […] Posted in Culture, Books