Subscribe

Une maison bleue accrochée à la colline

l y a 40 ans, Maxime Le Forestier vivait l’aventure hippie à San Franciso, dans une “maison bleue, peuplée de cheveux longs”. La chanson qu’il en a tiré est devenue un tube de cette génération. La maison existe toujours, et Maxime Le Forestier est revenu à San Francisco pour lui redonner sa couleur d’origine.

“ C’est une maison bleue … adossée à la colline… on y vient à pied… on ne frappe pas… ceux qui vivent là ont jeté la clé…”

Il y a plus de 40 ans, les premières paroles de San Francisco résonnaient pour la première fois sur les ondes. La France entonnait ce tube hippie et découvrait Maxime Le Forestier, barbe brune et cheveux longs. On est en 1972. Michel Fugain a le même look et explose le hit-parade avec Une belle histoire. Michel Polnareff nous déprime avec Holidays. Serge Lama, Claude François, Gérard Lenorman confirment leur succès. Maxime le Forestier, lui, se lance. Dès son premier album, sans nom, c’est un carton plein : Education sentimentale, Fontenay-aux-Roses, Parachutiste, Mon frère…. Et San Francisco, qui devient en quelques mois l’hymne de la génération hippie.

Les paroles chantent la communauté, le partage, la liberté. Pour l’écrire, Maxime Le Forestier s’est inspiré de sa propre expérience, un voyage initiatique à l’ombre du Golden Gate au printemps 1971. La ville qui domine la côte pacifique est alors l’un des repères “peace and love” de la planète. Et la maison bleue, “ peuplée de cheveux longs, de grands lits et de musique, peuplée de lumière, et peuplée de fous ” , existe vraiment, en plein “Castro”, l’ancien quartier mexicain qui accueille les gays, les déserteurs de guerre et les hippies. “Elle sera la dernière à rester debout”, prophétisait Maxime Le Forestier. 40 ans après ce séjour d’un mois avec sa soeur, la maison est effectivement intacte mais… grise. Au numéro 3841 de la 18e rue, seule la couleur de la façade a changé. Oubli ? Maladresse ? Pour célébrer l’anniversaire, la fameuse maison vient de retoruver le bleu qui la fit connaître. C’est Maxime le Forestier lui-mêle qui a donné le dernier coup de pinceau. “Il en va de la préservation du patrimoine français à l’étranger”, n’hésitent pas à dire les producteurs de Maxime Le Forestier, soutenus par le consulat de France à San Francisco.

Aujourd’hui 22 juin, une plaque commémorative est posée par le consul sur la maison bleue, en présence du chanteur. A côté d’une reproduction de la pochette originale de l’album culte, on peut y lire : “En 1970, Maxime Le Forestier s’est inspiré de cette maison bleue pour l’écriture de ses tous premiers succès, San Francisco”. Universal Music rééditera le 4 juillet l’album mythique avec sa pochette originale, et, dans le coffret, l’album entièrement réinterprété par Calogero, Juliette, La Grande Sophie, Ayo…

Le concert qui devait avoir lieu à San Francisco a été annulé, officiellement à cause de problèmes d’obtention de son visa de travail. Maxime Le Forestier donnera un grand concert anniversaire aux Francofolies de La Rochelle le 16 juillet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related