Subscribe

Une première école franco-américaine publique à New York en projet

La New York French-American Charter School, un projet d’école publique franco-américaine pourrait naître à Harlem. Une première. L’équipe de prospection qui va déposer la candidature de l’école le 12 janvier 2009, fait actuellement circuler une pétition pour rassembler des soutiens. Les membres fondateurs souhaitent créer une structure juridique avec, à terme, pour objectif ambitieux la création d’un réseau d’écoles franco-américaines à charte.

En réponse à la demande grandissante des parents francophones de New York et face au coût prohibitif de l’éducation privée, le projet collectif lancé par la New York French-American Charter School a pour but de créer la première école à charte franco-américaine, c’est-à-dire une école publique autonome financièrement, financée en partie par la ville, l’Etat de New-York et par l’Etat fédéral, pour une somme d’argent par élève prévue autour de 12 000 dollars. En échange, l’organisation ainsi que la responsabilité du bâtiment incombent à l’école qui doit également garantir les résultats académiques de ses élèves. Ce mouvement minoritaire des écoles à charte, né il y a une dizaine d’années, en réaction aux « district schools », rassemble aujourd’hui pas loin de 80 établissements à New York.

Corinne Bal, avocate française et membre de l’association Education Française à New York (EFNY) est à l’origine du projet avec sept autres personnes, dont la future principale, Katrine Watkins, fondatrice de l’école franco-américaine de Larchmont dans l’État de New York. Le comité consulte depuis juillet les services d’éducation de la ville de New York, des professeurs de français et des fondateurs d’écoles publiques, pour élaborer un projet d’école qui soit en phase à la fois avec la conjoncture actuelle et la politique d’éducation de New York.

Le but de la New York French-American Charter School est de s’adresser aux enfants francophones et anglophones, en employant des enseignants du monde francophone et américain. « L’école permettra de créer des citoyens du monde, des enfants qui s’intéressent aux cultures de différents pays», explique Corinne Bal.

Pour l’instant le comité compte ouvrir au moins deux niveaux, K et 1 (Kindergarden and 1st Grade), avec deux classes par niveau et des effectifs de 25 élèves. Les enfants du quartier seront prioritaires mais si les demandes sont trop nombreuses un système de loterie devra, selon la loi, être mis en place. L’objectif pour l’école est de s’installer au centre de Harlem, quartier où l’immobilier est encore abordable, où la population francophone est très diverse et qui concentre des institutions académiques susceptibles de devenir partenaires (université de Columbia et City College).

Quant au contenu des programmes, pas de « dual language » au menu mais une immersion totale en français les premières années avec un enseignement dispensé à 80% en français et une « période » par jour seulement en anglais (pour les mathématiques et la langue anglaise). L’école envisage un système qui conjuguerait idéalement les principes de l’éducation française et les bienfaits de l’éducation à l’américaine : « On veut insister sur le côté rigoureux français mais aussi le côté américain plus souple»; précise-t-elle. « Avec deux systèmes d’apprentissages les enfants vont apprendre la flexibilité.»

En attendant janvier et la décision de la ville de New York, Corinne Bal est optimiste : « L’intérêt est réel pour le programme français, qui a excellente réputation, car les Américains sont toujours à la recherche de systèmes qui fonctionnent. »

Sur le même thème:

http://www.france-amerique.com/articles/2008/11/17/de-nouvelles-classes-bilingues-francais-anglais-pourraient-ouvrir-dans-le-queens.html

information pratique:

Le site de la New York French-American Charter School avec la pétition à signer.
http://www.nyfacschool.org/

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related