Subscribe

USA : nouvelles mesures de sécurité aérienne à cause d’Al-Qaïda

Les Etats-Unis vont mettre en place de nouvelles mesures de sécurité aérienne, dont davantage de policiers à bord de certains vols, en raison des menaces d’Al-Qaïda, a annoncé jeudi la ministre à la Sécurité intérieure Janet Napolitano.

Après la tentative d’attentat dans un avion rejoignant les Etats-Unis le jour de Noël par un jeune Nigérian entraîné par Al-Qaïda au Yémen, “nous devons rester vigilants devant la menace latente d’Al-Qaïda”, a affirmé Mme Napolitano dans un communiqué.

“Nous prenons une nouvelle série de mesures pour la sécurité aérienne pour protéger le peuple américain. Ces mesures comprennent un renforcement des contrôles aléatoires, davantage de policiers sur certaines liaisons et l’ajout de personnes présentant un risque sur la liste de surveillance terroriste”, a-t-elle détaillé.

 Une majorité d’Américains jugent que les mesures anti-terroristes aux Etats-Unis sont trop timides et que le gouvernement devrait renforcer les dispositifs de sécurité même si cela nuit au respect de la vie privée, selon une enquête publiée jeudi.

Face à “un ennemi déterminé”, la ministre a demandé aux voyageurs de se présenter aux aéroports encore plus longtemps à l’avance qu’à l’accoutumée, “particulièrement pour les vols transatlantiques vers les Etats-Unis”.

Elle a précisé que l’administration américaine “continuerait à adapter et moderniser ses moyens de défense pour assurer que le transport aérien soit sûr et efficace”.

Le 25 décembre, Umar Farouk Abdulmutallab, 23 ans, a tenté d’activer des explosifs qu’il avait dissimulés dans son slip à bord du vol 253 de la Northwest Airlines qui effectuait la liaison transatlantique Amsterdam-Detroit avec 290 personnes à bord. Il avait été empêché d’agir par des passagers de l’avion puis isolé par l’équipage.

Il a ensuite avoué aux enquêteurs avoir été entraîné par Al-Qaïda au Yémen, portant l’attention de la communauté internationale sur l’augmentation des violences attribuées au réseau d’Oussama Ben Laden dans ce pays politiquement instable. Al-Qaïda pour la péninsule arabique a revendiqué la tentative d’attentat.

Entre autres mesures, Janet Napolitano avait déjà annoncé le 7 janvier l’installation de 300 scanners corporels d’ici un an dans les aéroports et un renforcement de la coopération internationale.

L’autorité américaine des transports (TSA, Transportation Security Administration) avait également enjoint aux agents de sécurité de soumettre tous les ressortissants et les passagers en provenance de 14 pays, dont le Nigeria, le Yémen, le Pakistan ou le Liban, à des contrôles plus étroits que ceux auxquels a droit le tout-venant des voyageurs au moment d’embarquer pour les Etats-Unis.

Si les mesures de sécurité renforcées dans les aéroports peuvent irriter hors des Etats-Unis, la majorité des Américains (86%), eux, se disent prêts à se soumettre à davantage de contrôles même si cela implique des retards et des voyages plus longs, selon une étude Quinnipiac publiée jeudi.

La veille, sept Américains sur dix se disaient favorables aux contrôles au faciès dans les aéroports, dans un sondage USA Today/Gallup.

Pour les Américains, la sécurité passe avant le respect de la vie privée

Plus de six personnes sur dix interrogées par le sondage de l’Université Quinnipiac (63% contre 25%) estiment que les mesures anti-terroristes respectent la vie privée plus qu’elles ne protègent la sécurité nationale.

Ils affirment à 84% soutenir l’utilisation de scanners corporels dans les aéroports et à 86% être prêts à accepter de nouvelles contraintes de sécurité même si cela implique des retards et des voyages plus longs. Cette enquête montre que le soutien de l’opinion publique à la guerre en Afghanistan a progressé pour atteindre 59%, contre 51% en décembre.

Une majorité d’Américains (59% contre 34%) est favorable à ce que les personnes soupçonnées de terrorisme soient traduites devant des tribunaux militaires plutôt que devant des tribunaux de droit commun comme l’a décidé l’administration Obama.

Mais globalement 48% des Américains soutiennent la politique anti-terroriste du président Barack Obama. Trois Américains sur quatre croient toutefois qu’il est très probable (35%) ou assez probable (43%) que les Etats-Unis soient l’objet d’un attentat terroriste d’ici peu.

L’enquête de l’université Quinnipiac a interrogé 1.767 personnes du 5 au 11 janvier et présente une marge d’erreur de plus ou moins 2,3 points de pourcentage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related