Subscribe

USF Polytechnic, un pôle universitaire tourné vers la France

Lakeland, à l’est de la baie de Tampa, dans les terres de Floride. La ville abrite l’University of South Florida Polytechnic qui dépend de USF Tampa. Arrivé en août 2010, Didier Rousselière a été chargé de consolider le développement de la faculté en menant une politique de partenariats internationaux.

Objectif : passer de 4500 à 16000 étudiants d’ici 2020, en combinant formation, recherche et application industrielle. « Nous sommes persuadés de réinventer le modèle d’enseignement du 21e siècle », dit tout simplement Didier Rousselière, un directeur des partenariats qui ne manque pas d’ambition.

Et c’est  dans son pays d’origine, la France, et plus précisément dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur qu’il est allé chercher un appui. Auprès de l’Ecole de commerce Euromed, de l’Ecole polytechnique de Marseille, et de l’Université de Nice Sofia Antipolis, pour le côté académique. Et pour l’aspect économique, auprès de l’incubateur Belle de Mai dans la cité phocéenne et de la pépinière d’entreprises InnovaGrasse, dans la capitale des parfums.

« Cette région a de grandes similitudes avec la Floride : elle dépend beaucoup du tourisme, la thématique maritime y est incontournable,  la population résidente est âgée avec des problématiques connues, il y de nombreuses recherches dans le domaine médical, les technologies de l’information et de la communication »,  explique le directeur des partenariats internationaux.

Un lien transatlantique qui attire forcément les étudiants français, dans le cadre d’échanges ou de stages de six à huit semaines. Et USF Polytechnic proposera un vrai cursus universitaire de 4 ans à la rentrée 2012, lors de la fin des travaux d’agrandissement du campus.

Avec Soft landing program et Blue sky business accelerator, un incubateur et un accélérateur d’entreprises, les capitaux étrangers trouvent à USF Polytechnic, un moyen de pénétrer le marché américain en douceur. « On crée un écosystème et un environnement économique favorables pour ces entreprises», souligne Didier Rousselière. « Nous facilitons ainsi leur intégration aux Etats-Unis en leur fournissant des études marketing réalisées par nos étudiants de MBA, qui bénéficient de leur côté d’une formation plus approfondie. Nos recherches peuvent également s’appliquer à un marché concret. »

Seule condition pour pouvoir intégrer ces programmes, innover. Les énergies renouvelables ou alternatives, les transports, les parfums et les arômes, la nutrition, les identifications par radio fréquence (RFID en anglais, ndlr), le commerce du futur et les activités maritimes ont été définis comme des domaines prioritaires.

Outil auparavant disponible pour les seuls départements des humanités,  le Florida-France Linkage Institute dont Didier Rousselière est le co-directeur, s’ouvre désormais aux filières technologiques. Un nouveau levier de partenariats possibles qui devrait permettre une expansion économique française encore plus dynamique au centre de la Floride.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related