Subscribe

Vif débat autour de la Maison de l’histoire de France

Le débat autour de la Maison de l’histoire de France devient vif, certains historiens comme Pierre Nora exprimant leur opposition au projet alors que le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, cherche à doter cette nouvelle institution d’un conseil scientifique.

Depuis l’annonce par le chef de l’Etat le 12 septembre que le musée de l’histoire de France serait installé dans le Marais sur le site des Archives nationales, plusieurs historiens ont dit leur inquiétude de voir cette nouvelle institution instrumentalisée par le pouvoir politique, notamment autour de la thématique de “l’identité nationale”. L’historien Pierre Nora a estimé que le projet de la Maison de l’histoire de France “aura beaucoup de mal à se remettre de son origine impure et politicienne”, dans une “lettre ouverte” à Frédéric Mitterrand publiée dans Le Monde de jeudi. “Nicolas Sarkozy l’a lancé en janvier 2009, en pleine remontée du Front national et pour +renforcer l’identité nationale+. Il s’est trouvé pris dans la lumière, ou plutôt dans l’ombre de cette funeste enquête sur ladite identité. C’est là son péché originel”, considère l’académicien français. “En fait d’histoire et de rapport au passé national, peut-être Nicolas Sarkozy devrait-il se persuader que toute tentative d’utilisation instrumentale est vouée à l’échec. Il faut ou s’abstenir ou s’y prendre autrement”, conclut Pierre Nora.

Neuf historiens, dont Jacques Le Goff, avaient qualifié la Maison de l’histoire de France de “projet dangereux” dans une tribune parue récemment dans Le Monde. Jean-Pierre Rioux, inspecteur général honoraire de l’Education nationale, estime en revanche que la Maison de l’histoire de France n’est “pas un projet dangereux ni réservé aux seuls historiens qui n’ont pas la propriété exclusive de l’histoire de France”. “Il n’est pas inutile de réfléchir aujourd’hui, en 2010, à un lieu d’instruction publique où l’on pourrait au fond convoquer tous ceux qui répondent à la demande d’histoire dans ce pays”, a déclaré mercredi cet universitaire, interrogé par l’AFP. “Cette Maison devrait être en rapport avec la Nation, avec son passé et son devenir. Mais ce n’est pas une question à mettre en liaison avec le faux débat sur l’identité nationale”, a considéré le chercheur, qui ajoute qu’il n’est “candidat à rien”. M. Rioux est l’auteur d’un rapport sur les lieux possibles pour le futur Musée de l’histoire de France, remis en mai 2009 au gouvernement.

De son côté, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a estimé mercredi que le projet était “très utile” car ce pays vit “une assez profonde crise identitaire”. Lors d’un débat sur France Inter avec l’historien Nicolas Offenstadt, très opposé au projet, M. Guaino a regretté que “chaque fois qu’on parle d’histoire de France, on se croit obligé de trouver que c’est rance, que c’est scandaleux”. “On est contre ce qui est national, contre ce qui est français. Je trouve ce débat un peu scandaleux de mon point de vue, surtout ouvert par des gens qui en réalité ont vu leur études payées par la Nation, leurs salaires payés par la Nation, qui sont fonctionnaires de l’Etat, et qui trouvent que la Nation c’est pas bien et qu’il faut pas en parler”, a estimé M. Guaino. M. Mitterrand poursuit ses consultations pour mettre sur pied un conseil scientifique. Sa composition pourrait être annoncée fin novembre, selon le ministère.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related