Subscribe

Virgil Goode, le candidat qui pourrait faire perdre Mitt Romney

Virgil Goode ne sera jamais président, mais même si la plupart des Américains n’ont jamais entendu parler de ce petit candidat conservateur, les quelques milliers de voix qu’il va réunir pourraient avoir une importance cruciale dans le décompte final.

Cet ancien représentant au Congrès, élu à six reprises, fait campagne pour le petit Parti de la Constitution. Avec un budget limité, il ne dispose que de quatre assistants, mais a la ferme intention de se faire entendre. Lors de l’élection présidentielle de l’an 2000, les démocrates avaient pointé du doigt l’écologiste Ralph Nader, coupable selon eux d’avoir réuni des voix en Floride qui, sans lui, seraient revenues à leur candidat Al Gore. Or l’élection avait été extrêmement serrée et les démocrates estimaient que sans M. Nader, Al Gore aurait battu George W. Bush.

Les républicains craignent aujourd’hui qu’un scénario identique ne se reproduise, mais à leurs dépens cette fois. Virgil Goode est en effet crédité de 2% d’intentions de vote en Virginie, un des fameux Etats clés où le démocrate Barack Obama et le républicain Mitt Romney sont à égalité selon les derniers sondages. “M. Goode est un conservateur qui a des opinions clairement républicaines concernant l’avortement, l’immigration ou la dette, donc la plupart de ses votes seront pris au détriment de Mitt Romney”, explique Larry Sabato, spécialiste de politique à l’Université de Virginie. Les républicains ont essayé d’empêcher Virgil Goode d’apparaître sur les bulletins de vote en Virginie, mais sans succès.

“J’espère que vous n’allez pas nuire à Romney”

“C’est difficile de savoir ce qui se passe dans sa tête, pourquoi il présente cette candidature futile à la présidentielle”, estime un autre analyste, Mark Rozell, de l’Université George Mason. Mais dans un duel Obama-Romney plus serré que jamais où un seul Etat pourrait faire basculer la présidentielle 2012, “si cet Etat est la Virginie, la présence de Virgil Goode pourrait être déterminante”, prévient M. Rozell.

Le programme de M. Goode, 66 ans, est simple, et radical: “Je suis un solide partisan +pro-vie+, pro-mariage et je veux un budget équilibré dès à présent, pas dans 10 ans ! Et je veux créer des emplois pour les citoyens américains”. Pour ce faire, il ne veut plus que les enfants nés aux Etats-Unis acquièrent automatiquement la nationalité américaine, il veut créer des emplois pour les Américains en mettant fin à l’immigration, légale et illégale, et il veut réduire drastiquement les aides publiques et supprimer les départements de l’Energie, de l’Education et du Commerce.

Elu démocrate au Congrès en 1996, Goode avait quitté le parti après avoir voté contre Bill Clinton dans l’affaire Monica Lewinsky. Il est devenu républicain en 2002 mais a perdu son siège en 2008. Cheveux gris et sourire permanent, M. Goode faisait récemment campagne dans un grand centre commercial de Virginie serrant des mains et discutant avec des électeurs potentiels.

Si certains le saluaient avec bienveillance, même sans jamais avoir entendu parler de sa candidature, il était beaucoup moins bien accueilli par d’autres: “Je suis contre Obama, je vais voter pour Romney et j’espère que vous n’allez pas lui nuire”, lui assénait ainsi Susanne. Celle-ci, propriétaire d’un petit commerce, se montrait clairement inquiète: Virgil Goode, même avec une candidature dérisoire, pourrait être un boulet pour les républicains et faire perdre son favori dans le scrutin du 6 novembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related