Subscribe

Vive réaction de Pékin après l’appel des Etats-Unis sur les détenus de Tiananmen

Le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé lundi le “vif mécontentement” de la Chine après que les Etats-Unis l’ont appelée à libérer les personnes encore emprisonnées pour leur rôle dans le mouvement prodémocratique réprimé dans le sang le 4 juin 1989.

“Nous encourageons le gouvernement chinois à libérer tous ceux qui purgent encore des peines de prison pour leur participation à ces manifestations”, avait déclaré dimanche le porte-parole du département d’Etat, Mark Toner, à la veille du 23e anniversaire de la répression du mouvement de la place Tiananmen qui a fait des centaines, voire des milliers de morts. Ces déclarations représentent une ingérence “dans les affaires intérieures de la Chine et des accusations infondées contre le gouvernement chinois”, a rétorqué Liu Weimin, porte-parole de la diplomatie chinoise. “La Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition”, a-t-il dit lors d’un point de presse.

Une petite dizaine de protestataires restent emprisonnés pour leur participation aux manifestations du printemps 1989, selon la fondation Duihua (dialogue), dont le siège est aux Etats-Unis. Parmi eux, deux avaient été condamnés à la peine de mort avec un sursis de deux ans et deux à la prison à vie, tandis que deux autres demeurent incarcérés pour troubles mentaux, précise Duihua sur son site internet.

Selon un document officiel récemment publié par le gouvernement provincial du Hunan (centre-sud), un total de 1.602 personnes à travers la Chine ont été condamnées à des peines de prison pour leurs activisme durant le mouvement de 1989 à Pékin et dans le reste du pays, rapporte encore cette fondation. L’anniversaire de Tiananmen reste une date sensible pour le régime chinois, notamment cette année, avec les luttes pour le pouvoir en coulisses avant le 18e congrès du Parti communiste chinois (PCC) cet automne. Pour la première fois en dix ans, une nouvelle génération de dirigeants doit accéder au pouvoir au cours de ce congrès.

Signe de la nervosité du gouvernement à l’approche de l’anniversaire de Tiananmen, près d’un millier de pétitionnaires et de militants des droits civiques ont été interpellés ces derniers jours à Pékin et renvoyés dans leurs provinces d’origine, a indiqué l’un d’entre eux à l’AFP.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related