Subscribe

Voile intégral: le PS est prêt à voter la résolution si l’UMP retranche un point

Le groupe PS à l’Assemblée nationale s’est dit prêt mardi à voter la résolution contre le port du voile intégral, le 11 mai, à condition que ses auteurs -le groupe UMP- retranchent un seul des 18 points, portant sur la tenue d'”assises pour les droits des femmes”.

“Les 17 premiers considérants ne nous posent aucun problème. Nous sommes prêts à les voter”, a déclaré le patron des députés PS, Jean-Marc Ayrault, lors de son point de presse hebdomadaire.

En revanche, M. Ayrault s’oppose au dernier point, prévoyant “un grand débat national” qui pourrait prendre la forme “d’assises nationales sur le droit des femmes”. “Cela nous paraît incongru. On a déjà eu le débat sur l’identité nationale”, a-t-il ajouté.

“Je demande au nom de mon groupe que les auteurs de cette résolution, globalement satisfaisante, retirent le paragraphe et rédigent une nouvelle résolution pour que nous puissions la voter”, a-t-il déclaré. Les résolutions, instituées par la réforme Constitutionnelle de 2008, ne sont pas amendables.

Son homologue UMP, Jean-François Copé, s’est réjoui de “la perspective que le groupe PS puisse voter notre résolution, qui est une très bonne chose”. “C’est évidemment un progrès et un petit peu plus constructif” que les positions récentes exprimées par le socialistes, a-t-il dit.

L’entourage de M. Copé a fait valoir que le groupe UMP n’avait “pas d’objection” de fond à une telle modification de la résolution tout en précisant qu’il ne savait pas s’il pouvait, techniquement, modifier le texte avant son examen en séance publique.

Cette résolution, acte symbolique fort mais sans pouvoir contraignant, est la première étape législative avant le projet de loi sur l’interdiction du port du voile intégral, qui sera débattu début juillet à l’Assemblée.

Concernant le projet de loi, M. Ayrault a répété ses “préalables” pour “avoir un vrai dialogue avec le gouvernement, comme en 2004, quand nous avions adopté un texte sur les signes religieux à l’école”.

“Il faut que le gouvernement renonce à la procédure d’urgence (NDLR : une seule lecture par assemblée), que le gouvernement tienne compte des avis du Conseil d’Etat et que le texte soit applicable concrètement”, a résumé M. Ayrault, qui s’était exprimé auparavant sur RTL.

“Si ces préalables sont remplis, le débat se présentera favorablement. Notre attitude est ouverte”, a-t-il dit, sans se prononcer sur le vote par le Parti socialiste d’une loi d’interdiction générale. “Sur l’interdiction totale, il y a un risque qu’elle ne soit pas applicable”, a-t-il dit, en rappelant l’avis du Conseil d’Etat. “La burqa n’a pas sa place. C’est une régression”, a-t-il dit.

François Fillon a par ailleurs annoncé mardi lors de la réunion de rentrée du groupe UMP à l’Assemblée nationale que le projet de loi sur l’interdiction du port du voile intégral serait présenté dans l’hémicycle au début de la session extraordinaire, début juillet.

Le Premier ministre a confirmé que le texte serait présenté en Conseil des ministres le 19 mai. C’est à ce moment-là que le gouvernement tranchera la question de savoir s’il recourt à l’urgence (une seule lecture par assemblée) ou non, a-t-il dit, d’après des participants à la réunion et son entourage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related