Subscribe

Vol à vide d’Air France pour étudier l’impact du nuage de cendres

Air France, à l’instar d’autres compagnies européennes, va effectuer dimanche plusieurs vols sans passagers, destinés à mieux connaître l’impact du nuage de cendres volcaniques sur la circulation des avions, ont indiqué la compagnie aérienne et la DGAC dans un communiqué commun.

“Ces vols d’évaluation consistent à réunir des éléments permettant d’améliorer les connaissances de l’impact du nuage de cendres sur l’avion”, ont précisé Air France et la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC).

“Un protocole adapté d’inspection de l’avion sera appliqué à l’issue de ces vols et transmis aux autorités”, ont-elles ajouté, précisant que “des contacts sont établis avec d’autres compagnies européennes qui procèdent à des évaluations similaires”.

Le premier vol d’évaluation devait être effectué par un A320 en début d’après-midi dans le Sud-Ouest de la France, au moment où le trafic aérien commercial sera suspendu sur les aéroports de la zone.

Un porte-parole de la DGAC a précisé que ce vol partirait après 14H00 de Toulouse. Le secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau avait en effet annoncé dans la matinée que des tests pourraient être menés par la France pour évaluer la possibilité de faire transiter certains vols réguliers sous le nuage de cendres qui paralyse actuellement le trafic aérien en Europe.

“On peut provisoirement peut-être faire baisser un certain nombre de niveaux pour un certain nombre de vols, en particulier des vols à courte distance sur le plan interne à l’Europe. C’est ce qu’on est en train de regarder ce matin”, a-t-il dit sur RTL.

“Air France va faire un ou plusieurs vols d’essai cet après-midi autour de Bordeaux, Toulouse, peut-être jusqu’à Paris, avec un court-courrier et peut-être aussi un long courrier, pour voir quelles sont les conditions de vol et dans quelle mesure on peut quand même assurer certaines liaisons”, a-t-il précisé lors d’un point de presse en fin de matinée à son ministère.

M. Bussereau a cependant appelé à l'”application du principe de précaution” en matière de transport aérien.

La compagnie aérienne néerlandaise KLM a annoncé de son côté avoir effectué dimanche matin un vol test entre Amsterdam et Düsseldorf en Allemagne pour mesurer l’impact sur ses avions du nuage de cendres volcaniques au dessus de l’Europe. Huit autres vols tests étaient prévus dimanche.

Samedi, l’allemande Lufthansa a effectué dix vols sans passagers au départ de Munich avec des appareils qui y avaient été détournés, pour les reconduire à leur point de stationnement à Francfort avec l’aval des autorités aériennes.

“Les appareils ont été analysés et ne présentent aucun dommage, pas la moindre égratignure sur le pare-brise du cockpit, le fuselage ou les moteurs”, a précisé un porte-parole de la compagnie.

Le ministre de l’Environnement Jean-Louis Borloo avait expliqué samedi qu’une étude allait être menée au niveau européen pour mieux connaître l’impact des cendres crachées par les volcans sur les moteurs d’avions.

De son côté, la Commission européenne est engagée dans d’intenses consultations avec les gouvernements de l’UE pour faire ouvrir quelques routes aériennes en Europe dès le début de la semaine prochaine.

La plupart des aéroports du nord de l’Europe ont été fermés par précaution car les cendres crachées par les volcans peuvent endommager les moteurs d’avions et réduire à néant la visibilité des pilotes.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related