Subscribe

Voyage musical au cœur de la Bretagne pour les éléves de PS.84 de New York

Après avoir défilé mardi sur la 5ème avenue pour la fête celtique de la Saint-Patrick grâce à une initiative de l’association des Bretons de New York, le Bagad de Saint-Nazaire a fait découvrir aux élèves de l’école bilingue de PS.84 les charmes de la musique traditionnelle bretonne.

Certains enfants applaudissent, d’autres se bouchent les oreilles en entrant dans la salle. Encore en répétition, les sons des cornemuses sifflent dans l’auditorium. L’orchestre, le Bagad de Saint-Nazaire, venu avec une trentaine de ses musiciens, les bagadou, a donné mercredi un mini-concert aux élèves de l’école publique PS.84 dans le quartier de l’Upper West Side, à New York. Des élèves de classes bilingues français-anglais, mais aussi anglais-espagnol et générales, tous sont venus découvrir la musique bretonne.

« Vous allez voir des instruments que vous n’avez jamais vus ! » s’exclame la principale de l’école, Robin Sundick. Après un petit morceau d’introduction pour embarquer le public, les cornemuses, les bombardes, les percussions et les caisses claires se relaient sur le devant la scène.  «  Vous savez comment on joue de cet instrument ? », demande une joueuse de bombarde. « Il faut souffler dedans », lance un élève en français. La jeune femme s’exécute alors docilement, mais seuls des bruits sourds s’échappent de l’instrument : le public éclate de rire. « Je vous donne le truc, il faut utiliser une anche en roseau sur l’embouchure », explique-t-elle avant d’interroger une seconde fois ses auditeurs : « Quel est le bois utilisé pour fabriquer cet instrument ? ». Consciente de la difficulté de sa question, elle répond aussitôt. « C’est de l’ébène, un bois africain qui est comme du verre. Si vous le faites tomber, il se brise ! » Il n’en fallait pas plus pour que les enfants poussent des cris d’admiration.

Le voyage musical au cœur de la Bretagne se poursuit sur la scène. Quelques enfants sont invités à tester les instruments. Un jeune garçon, Robert, quitte son siège et accourt sur la scène pour souffler dans la cornemuse, « l’instrument au gros ballon » comme l’ont baptisé les élèves. Quelques sons stridents poussent les enfants à boucher de nouveau leurs oreilles.  « C’est normal, car le son est très puissant, plus adapté pour l’extérieur. On leur conseille même de mettre des boules quiès ! », explique Christian Méhat, directeur de l’orchestre depuis 1993 et professeur de cornemuse à l’École Nationale de Musique de Saint-Nazaire.

Peu à peu, le chahut des élèves laisse la place aux mélodies traditionnelles. Les instruments s’activent et transportent le public. Robin Sundick, visiblement conquise, circule en dansant dans les rangs avec, dans les mains, deux gros morceaux d’ébène, offerts par l’orchestre à l’école.

 

À écouter :

Värttina – Ronds Paludiers

Dadou

Gavotte Pourlet

Informations complémentaires :

Le Bagad Saint-Nazaire

http://www.bagad-saint-nazaire.com

Association des Bretons de New York

http://www.bzh-ny.org

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related