Subscribe

XV de France: recherche équipe titulaire désespérément…

La déroute du XV de France samedi dernier face à la Nouvelle-Zélande (37-17) dans le Mondial-2011 sonne probablement le glas d’une longue politique de rotation, l’entraîneur Marc Lièvremont ayant annoncé un resserrement de son effectif qui devrait principalement concerner la “colonne vertébrale”. Premier test face aux Îles Tonga dès samedi dans le but d’entamer plus sereinement les quarts de finale.

Le constat émane de l’entraîneur du XV de France lui-même, juste après le revers subi face aux All Blacks. “Le fait est que l’on aura besoin d’une équipe un peu plus figée, et moins de changements”, a-t-il déclaré dimanche. “J’aurais aimé faire tourner un peu plus longtemps et impliquer un peu plus les joueurs, mais on doit tenir compte du fait que l’on a eu des matchs pas assez heurtés, pas assez rythmés. Les joueurs ont besoin de jouer ensemble des matchs d’une grosse intensité”. Pour le dernier match de poule face aux Tonga samedi à Wellington, Marc Lièvremont a affirmé qu’il penchera pour “une équipe assez proche de celle qui jouera le quart de finale”.

Demi de mêlée et ouvreur : des postes en danger ?

En constante modification depuis le début de la compétition, le poste de demi de mêlée s’apparente à un siège éjectable. Morgan Parra et Dimitri Yachvili se partagent souvent le poste, mais aucun d’entre eux ne possède le statut de titulaire indiscutable dans le XV français. Le poste d’ouvreur est également confronté à ce type de souci. François Trinh-Duc, qui se voyait déjà titulaire en l’absence de David Skrela (blessé), est devenu peu à peu le  bouc émissaire du groupe France,  mis au placard par le sélectionneur Marc Liévremont. “Je suis déçu et très étonné, mais je reste concentré sur la suite de la compétition” déclare le joueur de Montpellier.

Un groupe au bord de l’implosion ?

Les méthodes du sélectionneur ne font pas que des heureux, et les dernières déclarations du 3ème ligne de Biarritz, Imanol Harinordoquy, viennent confirmer cela : “Je ne suis pas persuadé que l’on puisse aller au bout en faisant jouer trente joueurs. Il faut des repères, des automatismes, surtout quand on va rencontrer des équipes qui ont déjà une équipe type pré-établie depuis des mois voire des années”, a t-il déclaré il y a quelques jours. Comme dans tous sports collectifs, il faut absolument un groupe solide, des joueurs qui se connaissent, un collectif parfaitement huilé afin d’affronter le gratin de la discipline. Adepte de la rotation, Marc Liévremont n’a jamais vraiment reconduit un axe fort d’un match sur l’autre, et ne possède pas la maîtrise de son groupe. Constat effroyable, quatre ans après sa nomination à la tête de l’équipe de France…

Dernier test samedi avant les choses sérieuses

Pour leur dernier match de poule face aux îles Tonga samedi prochain, l’équipe de France sera dans l’obligation de réaliser une prestation solide afin de se mettre dans les meilleures dispositions pour le quart de finale face à l’Angleterre dans dix jours.”Ce match est important, pour travailler et pour régler quelques détails” précise le capitaine Thierry Dusautoir. En ayant choisi de perdre face aux All Blacks samedi dernier, les bleus ont clairement favorisé l’option d’affronter le XV anglais au tour suivant. Véritable bête noire des bleus, l’équipe de Johnny Wilkinson reste solide et très expérimentée, malgré des résultats en dent de scie ces derniers mois. « L’Angleterre est toujours là, c’est toujours du très lourd » souligne Morgan Parra, qui sera vraisemblablement titulaire samedi. Les joueurs savent ce qu’il leur reste à faire et Marc Liévremont doit absolument reprendre la maîtrise d’un « navire bleu » qui tangue trop fortement dans les eaux néo-zélandaises. Pour ne pas se faire torpiller dans dix jours face à la solide armada de sa majesté.

Related