Subscribe

Yannick Agnel : “J’ai vécu une expérience inoubliable”

Figure de proue de la délégation française à Londres depuis ses deux médailles d’or et sa médaille d’argent, Yannick Agnel est encore sur un nuage. Presque inconnu du grand public avant ses exploits londoniens, le nageur nîmois revient pour France-Amérique sur son expérience olympique et sur la suite de sa carrière.

France-Amérique : comment vous sentez-vous alors que vous venez de terminer il y a quelques jours vos épreuves olympiques ?

Yannick Agnel : Je me sens extrêmement bien et très heureux des performances que j’ai réalisées. J’ai vécu une expérience inoubliable durant ces quelques jours de compétition. J’étais venu à Londres pour donner le meilleur de moi-même et essayer d’aider l’équipe de France de natation à faire les meilleurs résultats possibles. Ma préparation pour les jeux Olympiques aura été très intense, mais vu les résultats, elle aura valu la peine.

Ce qui reste dans les mémoires, c’est votre incroyable facilité lors des courses que vous avez remportées…

J’ai lâché les chevaux lors de toutes les courses que j’ai effectuées, même celle où je n’ai pas gagné le titre olympique. Je me suis donné à fond à chaque instant. Je ne voulais pas venir au J.O pour faire de la figuration, mais pour atteindre des objectifs que je m’étais fixé durant ma préparation. Je termine avec trois médailles et de belles performances. Je n’aurai pas pu rêver mieux.

Même si vous avez dit être frustré après votre quatrième place lors de l’épreuve du 100 mètres…

Oui, j’étais frustré car j’échoue à seulement 4 centièmes du podium. Je pense avoir progressé dans cette épreuve même si ce n’est pas ma distance de prédilection. Je reste tout de même satisfait de cette performance. Au moment de cette finale, j’avais déjà gagné trois médailles et je voulais encore en remporter (sourire). Quand vous commencez à gagner des médailles, vous y prenez assez vite goût et vous voulez en remporter encore et encore…

Comment vivez-vous le fait d’être double champion olympique à seulement 20 ans ?

Je le vis plutôt bien, très bien même. C’est quelque chose de génial à vivre, mais pour moi, ce n’est pas une fin en soi. Je sais que j’ai réalisé de superbes J.O, mais il ne faut pas que je me repose sur mes lauriers. J’ai encore beaucoup de travail à faire afin de devenir le meilleur nageur possible. Je sais que j’ai encore une marge de progression et que je dois corriger certaines erreurs. Je suis content d’avoir remporté ces médailles, mais je ne vais pas m’en contenter.

Vous avez ébloui le monde de la natation lors de ces J.O et avez reçu les éloges des plus grands, dont ceux de Michael Phelps. Qu’est ce que cela vous fait d’être l’une des nouvelles stars de la natation mondiale ?

Je suis très touché d’avoir reçu tous ces éloges, dont ceux de Michael Phelps qui m’ont vraiment fait plaisir. Je gagne le respect du milieu, mais je n’y pense pas vraiment. Je suis une personne simple, plutôt cool et il n’y a pas de raison que cela change malgré les titres olympiques. Je vais rester concentré et motivé pour la suite de ma carrière.

Grâce, entre autres, à vos performances, l’équipe de France de natation devient l’une des meilleures du monde. La France a-t-elle définitivement acquis le respect des autres nations « phares » de la discipline telles que l’Australie et les Etats-Unis ?

Je pense que tout le monde considère l’équipe de France à sa juste valeur, à savoir comme l’une des meilleures nations mondiales de la discipline. Notre sport obtient des résultats exceptionnels depuis quelques années et il est normal de dire que nous sommes dorénavant parmi les meilleurs du monde. Nous avons un énorme vivier de nageurs qui peuvent concurrencer les Australiens et les Américains qui sont généralement considérés comme les plus compétitifs de la planète. La natation française à un bel avenir devant elle.

Quel est votre programme pour les semaines à venir ?

Je vais prendre de courtes vacances afin de souffler et de couper un peu avec la natation. C’est nécessaire et surtout très important de se reposer et d’oublier la compétition durant quelques semaines afin de ne pas perdre la “flamme”. Je vais reprendre l’entraînement avec mes partenaires habituels, comme Camille Muffat. Je vais travailler sur les épreuves de 100 mètres, 200 mètres et peut-être 400 mètres. Je veux encore gagner des titres et pour cela, il faut travailler sans relâche.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related