Subscribe

Youri Djorkaeff : « Il fallait leur rentrer dedans ! »

Youri Djorkaeff, ancien champion du monde 1998 et d’Europe 2000 avec les Bleus, a suivi de New York, où il habite, le match de l’équipe de France contre le Mexique. Pour France-Amérique, il a livré ses premières réactions et a pointé les défaillances majeures des Bleus.

Comment avez-vous vécu la défaite de l’équipe de France face au Mexique jeudi dernier ?

Je suis très déçu. Je pense qu’au fond, on espérait. Je suis toujours un grand supporter de l’équipe de France et j’avais envie de vibrer avec eux. Alors on tombe de haut, mais pas tant que cela. Plus les matchs venaient, plus la préparation avançait, et plus je me disais qu’un échec était prévisible.

Qu’est ce qui a manqué à cette équipe de France pour venir bousculer le « Tri » mexicain ?

Beaucoup de choses. J’ai vu un manque d’activité flagrant. Ce n’est pas une grande Coupe du monde : il n’y a pour l’instant pas eu de vrais grands matchs. Quand c’est comme ça, en règle générale, les équipes qui accrochent des points sont celles qui se battent le plus. Pas celles qui jouent le mieux. Je pensais qu’après l’Uruguay, l’équipe de France allait amener un peu de révolte, même sans pratiquer un beau jeu. Au final, j’ai vu un manque d’envie inexcusable. Face aux Mexicains, il fallait aller au charbon, mettre le bleu de chauffe, leur rentrer dedans !

Est-ce qu’on peut mettre en cause une fatigue particulière accumulée pendant cette saison ?

Toutes les équipes sont dans la même situation. Quand on fait une Coupe du monde, il faut être prêt à 2 000%. Et les Bleus avaient tout pour réussir. En plus, avec un groupe vraiment pas très relevé, on ne peut pas dire que les conditions étaient difficiles.

On a voulu nous faire croire que l’ambiance dans le groupe était pratiquement au beau fixe. Pourtant, il ressort que des problèmes relationnels existaient depuis longtemps, non ?

C’est mon sentiment. Le sélectionneur n’a pas réussi à fédérer et à façonner une âme. Et pourtant, il a eu le temps. C’est un vrai échec collectif.

Que vous inspire Raymond Domenech ?

J’ai dit ce que je pensais de lui il y a un mois. Il s’est moqué de la France entière en jouant avec l’annonce de la liste des joueurs. Ça va un moment. Quand tu fais une campagne avec la Coupe du monde en ligne de mire, il faut que ça soit sérieux.

Raymond Domenech a-t-il les compétences suffisantes pour assumer la fonction de sélectionneur national ?

Je ne sais pas, je ne le connais pas personnellement. En tout cas, quand on voit la France jouer, ce n’est pas quelque chose qui ressort.

Vous croyez encore à la qualification ?

Il faudrait un miracle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related