Subscribe

Équitation : Christophe Clément, un entraîneur français qui a la cote

Le champion Gio Ponti, préparé par le Français Christophe Clément, un des meilleurs entraîneurs des États-Unis, a remporté deux Eclipse Awards le 18 janvier à Beverly Hills, des prix qui récompensent les chevaux de course les plus performants de l’année.

Article remis à jour le 19 janvier.

Gio Ponti est un as du turf. Second en 2009 de la Breeder’s Cup classic – sur terre – mais vainqueur de Arlington Million à Chicago – sur gazon (voir vidéo), le pur-sang bai était nominé dans deux catégories aux Eclipse Awards, l’équivalent des Oscars dans monde de la course hippique. Le 18 janvier dernier, il a tout raflé.

Derrière le succès de l’animal, un homme, Christophe Clément, qui entraîne aux États-Unis des graines de champion, confiées par des propriétaires du monde entier. En 2009, les chevaux supervisés – en Floride et Californie l’hiver, à New York et dans le Kentucky au printemps – par le Français ont gagné 90 courses. Et 2010 a démarré sur les chapeaux de roue.

Né, élevé et formé dans le milieu du sport équestre puisque son père était entraîneur et que son frère Nicolas a repris les rènes de l’entreprise familiale en France, Christophe Clément a fait le pari en 1991 de se lancer aux États-Unis. « Au départ, les propriétaires étaient heureux de trouver des personnes confirmées qui connaissaient les différences de méthodes d’entraînement entre l’Europe et les États-Unis. », se souvient l’epouse de Christophe, Valérie. Une course gagnée avec un cheval appartenant à l’Aga Khan fut la première d’une très longue série de victoires, toujours en cours. En 2003, le Français a également entraîné Dynever, un étalon appartenant à la famille royale d’Arabie Saoudite. Aujourd’hui, il compte parmi les 80 chevaux sous sa responsabilité, ceux de la reine d’Angleterre.

Une ambiance très jet set qui amuse Valérie Clément. « Quand on est parti, mon mari m’a prévenue qu’il fallait envisager l’échec…, se souvient-elle. On n’imaginait pas tout ça. »

Tout ça s’est donc concrétisé sous la forme de l’Eclipse Award pour Gio Ponti dont les gains en course jusqu’ici s’élève à plus de trois millions de dollars. Conséquence logique pour les parieurs : « Avec nous, ils ne gagnent pas beaucoup d’argent », plaisante Valérie Clément.

Le malheur des parieurs fait clairement le bonheur de l’entraîneur. Aujourd’hui l’écurie de course Christophe Clément emploie 85 personnes. Et les Clément, qui ont tous deux fait des études d’économie à l’université Assas à Paris, savent aussi faire tourner leur business. Leur chiffre d’affaires en 2009 s’élève à 6 millions de dollars. « Aujourd’hui, explique Valérie Clément, les meilleurs entraîneurs sont aussi des hommes d’affaires très fins. »

La réputation de Christophe Clément va toutefois plus loin que les signes extérieurs de réussite, comme le nombre de prix remportés au cours des années – le 1000e fut enlevé en  2008. Dans un article paru dans le New York Times en novembre dernier, il était souligné que parmi les 10 meilleurs entraîneurs basés aux États-Unis, seul Christophe Clément n’avait jamais été impliqué dans un cas de dopage…

Après le triomphe des Eclipse Award, Gio Ponti devra se préparer pour l’épreuve la plus dotée au monde, avec 7,5 millions de dollars, qui se tiendra en mars sur le tout nouveau et extravagant champs de course Meydan de Dubai.

www.christopheclement.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related