Subscribe

Fête de la musique

Ancien lobbyiste politique, impliqué notamment dans la campagne présidentielle de John Kerry en 2004, Aaron Friedman a, depuis un an, changé d’orientation. « Après avoir travaillé à convaincre les gens de voter pour un candidat, convaincre les gens de faire de la musique, j’ai trouvé ça facile ! » commente-t-il en souriant. Le 21 juin 2006, il s’est retrouvé dans les rues de Paris, et le déclic s’est fait tout de suite. « J’ai pensé qu’une telle fête se prêtait bien à la ville de New York, avec ses quartiers ethniques et sa diversité culturelle, et je suis revenu avec l’idée qu’il fallait exporter le concept en impliquant les associations locales pour en faire une fête décentralisée ».

Parce que curieusement, alors que cette idée de faire du solstice d’été une fête de la musique s’est propagée dans le monde entier, les États-Unis font toujours de la résistance. À San Francisco, il y avait ce qui s’apparentait à une "Street Fair", la rue a fermé, la fête aussi. Partout ailleurs, à l’exception de Kalamazoo, Michigan, les célébrations sont organisées par les Alliances françaises, les consulats, ou les services culturels de l’ambassade de France, mais les Américains n’ont jamais encore épousé le concept de la musique libre et gratuite dans la rue. Aaron Friedman ne cache pas qu’il aimerait que cette initiative donne des idées à d’autres villes aux États-Unis. Mais les contraintes sont grandes, son association, "Make in Music NY", en fait l’expérience. Les musiciens doivent remplir des formulaires avec le nombre de musiciens, les horaires, le lieu précis, les instruments utilisés… L’association se charge ensuite de les regrouper et des les faire parvenir à la Mairie de New York. Les demandes peuvent se faire aussi individuellement. « Je souhaite que cette manifestation appartienne à tous, notre association est là pour initier et pour aider, mais d’autres peuvent prendre le relais. Les New Yorkais doivent prendre possession de cette fête. » En tout cas, à 22 heures, tout doit être terminé. Outre la Mairie, la police, les Parcs, les petits commerces… sont sollicités, pour les autorisations, mais aussi pour assurer la sécurité, la propreté, et la communication autour de l’événement.

L’événement est relayé par Time Out New York, qui a préparé un site web spécial, et AM New York, quotidien gratuit distribué dans la grande région de New York, qui va publier le 20 juin un guide de 8 pages. Pas moins de 450 groupes sont déjà inscrits pour jouer dans les 5 "boroughs" de la musique classique, électronique, hip hop, jazz, religieuse, rock, musique du monde… Des chanteurs et un pianiste du Metropolitan joueront au Lincoln Center, le Central Baptist Church Choir sera devant son église, le chœur de l’école publique 130 chantera Children’s Museum of the Arts….

Le nombre de groupes inscrits montre l’importance de la mobilisation du côté des musiciens. Les concerts se déroulent tous à l’extérieur et sont gratuits. Reste à espérer que les New-Yorkais sortent et en profitent en masse, pour que cette fête s’inscrive, comme en France, dans le calendrier annuel des festivités de la ville.

Programme complet sur www.MakeMusicNY.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related