Je m'abonne

Le choix du français en Louisiane, un documentaire

Un duo d’enseignants français a suivi pendant deux ans les acteurs de la résurgence du français en Louisiane : professeurs, militants, politiciens, étudiants et parents d’élèves. Leur documentaire, Le Choix de Théo, sera diffusé en avant-première à Lafayette (Louisiane) le 26 janvier prochain.

Théodore Brode est l’un des rares professeur de français originaire de Louisiane. Il fait partie de cette génération de Louisianais qui a découvert le français au Canada. Ses ancêtres étaient francophones, d’origine acadienne et créole, mais le jeune homme de vingt-huit ans a grandi en parlant anglais, conséquence de la loi qui a interdit le français en Louisiane pendant près de quarante ans.

L’amendement de la Constitution de l’Etat en 1964 puis la création du Conseil pour le développement du Français en Louisiane (CODOFIL) en 1968 ont donné l’impulsion nécessaire pour créer les premières classes bilingues. Cependant, la majorité des enseignants qui travaillent dans les trente-deux écoles d’immersion que compte aujourd’hui l’Etat sont originaires du Québec, de France, de Belgique, de Suisse, d’Haïti ou du Cameroun.

Employé depuis deux ans par Myrtle Place Elementary School à Lafayette, à l’ouest de La Nouvelle-Orléans, Théodore Brode a étudié le français à l’Université de Sainte-Anne en Nouvelle-Ecosse, berceau historique des Français d’Amérique du Nord. Le parcours du jeune instituteur est le point de départ d’un documentaire sur la renaissance du français en Louisiane, Le Choix de Théo.

Les débouchés professionnels et économiques du français

« Théo se bat pour retrouver son identité et transmettre cet héritage à ses élèves », explique Thomas Cauvin, ancien professeur d’histoire à l’Université de la Louisiane à Lafayette et coréalisateur du film avec Mikael Espinasse. « Il est le symbole de cette jeune génération d’enseignants et d’activistes louisianais qui veulent sauver le français dans leur Etat et le rendre utile. »

Le premier rôle du CODOFIL, rappelle Thomas Cauvin, était de « préserver une langue et une culture en train de disparaître ». Mais depuis les années 1990, l’essor du français passe par le tourisme et le commerce international. « La nouvelle génération de militants francophones se concentre sur l’aspect utilitaire de la langue française, ses débouchés professionnels et ses répercussions sur l’économie locale. »

Au fil d’entretiens avec le responsable du département de l’Education, le sénateur francophile Eric LaFleur, le poète cajun Zachary Richard, d’anciens directeurs du CODOFIL et nombre d’enseignants et de parents d’élèves, les deux réalisateurs mettent en avant la force du bilinguisme en Louisiane et à l’étranger.

Actuellement en cours de post-production, le film sera diffusé en avant-première le 26 janvier 2018 lors du festival Cinema on the Bayou à Lafayette (Louisiane). Thomas Cauvin et Mikael Espinasse comptent sur les festivals de cinéma francophone au Canada, en Belgique, en Suisse et en France pour distribuer leur documentaire, qui sera aussi mis en accès libre sur le web à partir du mois de septembre 2018.

  • So excited about this film, as a Francophile who is married to a man from France. We have three children in a language immersion school in the Atlanta suburbs. We speak French and English at home and I’m really looking forward to sharing this documentary with my family.

  • I’m thrilled to see this documentary and to believe that French is undergoing a revival in Louisiana. My Cajun father was beaten in school to stop him from speaking French, so he did not teach us his children his native tongue. It makes me so sad what was done to our people but films like this one can save our beautiful language and culture by making people aware of what we are losing.

  • Being from New Orleans I always heard of past family members speaking French so I decided to enroll my kids in a French Immersion program and once my children were older we moved to Orleans, France. The city in which New Orleans is named after. I am very happy that my kids are growing up fluent in French.

  • Not to nitpick as this sounds great, but there is no such place as the University of Louisiana. No place. There is LSU (Louisiana State University) which is the main state institute. There are several private schools like Tulane or Loyola which are well know and numerous state schools down the line. The only place close to this is the University of LA-Lafayette which is a small regional school.

  • Je suis professeur de français au Lycée Waldorf, à Freeport dans le Maine et j’ai enseigné un semestre sur « L’Amérique Française » à ma classe French III. J’aimerais beaucoup partager le documentaire « Theo’s Choice » avec eux. Est-il possible de l’obtenir ?
    Merci beaucoup d’avance,
    Régine Whittlesey

    • On est assez nombreux, les profs de français qui aimeraient partager ce documentaire avec nos élèves. Peut-être qu’il jouera au Railroad Square Cinéma à Waterville ?

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related