Je m'abonne

Une robe de mariée Made in France

La créatrice Margaux Tardits conçoit des robes de mariée graphiques et glamour vendues à New York, et bientôt en Californie. Ses drapés s’inspirent des robes Dior dessinées par Maria Grazia Chiuri et du style structuré de Cristóbal Balenciaga. Son credo : « Se marier avec style ».

Les Américaines aiment les robes de mariée blanches ou ivoire, coupe bustier, tout en satin, avec dentelle à fleurs, proche du corps en haut et évasée en bas. Deux modèles sont populaires aux Etats-Unis : la coupe mermaid et la coupe A. La superposition de matière pour créer davantage de volume est appréciée, et la longue traîne de tradition.

Les Françaises préfèrent les robes un peu plus courtes, aux coupes droites. La mousseline est privilégiée au satin, la dentelle s’utilise par petites touches, et les robes se portent moins près du corps. C’est la tendance « bohème chic » recherchée par les Américaines. « Le grand jour, les Françaises veulent être à l’aise », explique la créatrice, qui confectionne entre cent et cent-cinquante robes par an dans son atelier parisien du Xe arrondissement.

D’autres créatrices — Laure de Sagazan, Rime Arodaky, Donatelle Godart — ont du succès aux Etats-Unis. « La demande y est de plus en plus forte », confie Margaux Tardits. Formée chez Balenciaga et Lanvin, c’est par l’entremise d’un stage chez Oscar de la Renta à New York qu’elle découvre les Etats-Unis. Sa marque, qui porte son nom, a été lancée en 2012. Les ventes à l’étranger — New York, mais aussi Londres — représentent aujourd’hui 20% de son chiffre d’affaires. Et depuis novembre 2016, les robes Margaux Tardits sont en vente chez The Mews Bridal, dans le quartier de SoHo, à New York. Elles seront également en vente chez LOHO Bride, une chaîne de showrooms basée à San Francisco et Los Angeles, en 2018.

D’après TheKnot, un site internet américain spécialisé sur les préparatifs de mariage, les Américaines dépensaient 1 280 dollars en 2013 pour leur robe et jusqu’à 1 470 dollars en 2015. Chez Margaux Tardits, il faut compter entre 2 200 euros [2450 dollars] et 3 800 euros [4238 dollars] pour une robe de mariée. « Les prix de notre nouvelle collection, baptisée Iberica, sont plus élevés car ces robes comportent de nombreux détails et demandent plus de travail », explique la créatrice.

Aux Etats-Unis, le style bohème chic est encore la tendance cette année. Mais Margaux Tardits ne s’interdit pas d’ajouter un peu de glamour à ses tenues. « Je souhaite que mes mariées soient élégantes et sexy, qu’elles ne ressemblent pas à des petites filles endimanchées. » Ainsi, le modèle Ava possède un bustier de dentelle zébrée, associé à une jupe en tulle blanc cassé. Bessie est un modèle graphique, cintré à la taille pour mettre en valeur les hanches de la mariée et Holly est un savant mélange de dentelle fleurie, mousseline blanche et échancrures transparentes dans le dos et sur le décolleté. Un esprit couture qui va de pair avec la séduction.

=> Organisateurs de mariages, fleuristes, traiteurs, couturiers ou bijoutiers, ils ont traversé l’Atlantique pour développer leurs services aux Etats-Unis. Retrouvez chaque semaine dans France-Amérique le portrait d’un artisan français qui participe à l’industrie américaine du mariage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related

  • Le chic jusque dans les détailsLe chic jusque dans les détails Depuis 2014, Maison Guillemette orne les cheveux des mariées de turbans en tulle, diadèmes en perles brodées, couronnes de fleurs séchées, broches en strass et bandeaux. Récemment […] Posted in Business
  • Le mariage français fait recette aux Etats-UnisLe mariage français fait recette aux Etats-Unis Aux Etats-Unis, l’attrait pour le chic français contribue à l’essor de l’industrie du mariage. Aux antipodes de l’imagerie stéréotypée du mariage à l’américaine où robes blanches satinées, […] Posted in Business