Je m'abonne

Hyper-croissance américaine, langueur européenne

Les économistes ne s’y attendaient pas. Aucun scientifique n'avait envisagé qu'une économie avancée comme celle des Etats-Unis puisse progresser à près de 4% l'an et ramener le chômage en dessous de 4%. En théorie, ce n'était pas possible, mais telle est la situation actuelle.

Faute de l'avoir prévue, peut-on l'expliquer ? Oui, mais en formulant des hypothèses, rien de plus. Tout d'abord, Donald Trump n'y est pour rien ou pas grand-chose. La croissance actuelle a commencé du temps de Barack Obama, son prédécesseur : la présidence Trump ne marque aucune rupture. D'une manière générale, il n'existe pas aux Etats-Unis de relation claire entre les présidents et l'économie. Le gouvernement fédéral a peu de pouvoirs dans ce domaine, il n'existe même pas de ministre de l'Economie. La seule autorité influente est la Banque f

[...]

Réservé aux abonnés

Pour accéder à cet article,
identifiez-vous ou abonnez-vous à France-Amérique.

Related