Je m'abonne

Hillary élue avec 72,9% des voix (à Paris)

Les élections présidentielles américaines n’auront lieu que le 8 novembre, mais dans les bars et les diners de Paris, expatriés américains et touristes de passage ont déjà pris leur décision.

« Le cheeseburger Hillary est en train de battre le wrap Trump », annonce Craig Carlson, le patron des diners Breakfast in America à Paris. Depuis deux semaines, les clients de son restaurant du cinquième arrondissement ont la possibilité d’exprimer leur vote en commandant un « Hot & Nasty » — un double cheeseburger accompagné de piments mexicains et de sauce piquante, en hommage à la bouteille de Tabasco que la candidate porte en permanence dans son sac à main — ou un « Totally Rigged » — une tortilla à la viande hachée « approuvée par Poutine » et servie avec un « mur » de chips. Le hamburger démocrate s’en tire avec un net avantage : trente-cinq voix contre quatre.

Pour un pronostic plus précis sur le vote, il faut traverser la Seine et se rendre rue Daunou, dans le deuxième arrondissement. Chaque année électorale depuis 1924, le Harry’s New York Bar — un bar new-yorkais démonté et reconstruit tel quel dans le quartier de l’Opéra — organise son fameux Straw Vote (vote de paille). Une tradition qui remonte à l’époque où les expatriés n’avaient pas encore la possibilité de voter par procuration ou en ligne. Sur présentation d’une pièce d’identité, les ressortissants américains ont la possibilité de glisser leur bulletin dans l’urne cadenassée avant d’aller siroter un « Trumpet » ou un « Hillaryous », deux cocktails créés pour l’occasion.

harrys-bar-paris-elections-straw-vote-hillary-clinton-donald-trump-results

©Elissa Balti

Depuis le 8 octobre, 554 expatriés et visiteurs de passage ont participé au vote. Les résultats, mis à jour tous les vendredis soir, sont lisibles sur le miroir derrière le bar en acajou : 72,9% des voix pour Hillary Clinton et 27,1% pour Donald Trump. En 2012, Barack Obama avait remporté 59,1% des votes de paille, avant de s’imposer face à Mitt Romney avec 51,1% des voix. A deux exceptions près — lors de l’élection de Jimmy Carter en 1976 et lors de la réélection de George W. Bush en 2004 — le vote de paille parisien a systématiquement désigné le candidat gagnant.

« Les groupes de pression démocrates et républicains ont l’habitude de nous appeler afin de connaître les tendances », commente Franz-Arthur MacElhone, le patron du bar. Pour la première fois cette année, Harry’s a engagé les services d’une agence de relations publiques pour traiter les demandes des médias curieux d’obtenir un pronostic anticipé. Elissa Balti, l’une des deux fondatrices de l’agence French Cancans, de conclure : « des gens nous appellent plusieurs fois par jour ».

  • C’est dommage, les résultats. Les Français, comme plus de la moitié des Americains ne veulent plus la liberté. Ici, aux E-U, on a plusieurs candidats qui ne voient vraiment pas le jour. L’un des candidats s’appelle Gary Johnson du parti libertaire, un parti qui honore les grands penseurs du mouvement libéral, dont Frédéric Bastiat.

  • If it were a Trump Burger and a Hillary Wrap, Trump would have a commanding lead. Burgers always beat wraps. This is a very faulty contest at Harry’s Bar. Maybe it’s just for fun, but still faulty.

  • As someone in CA reading this, I worked today calling into Florida while others called into No. Carolina, texted into Iowa. Many had already voted. I would guess that 70% of Santa Clara County voters vote early or by mail and I think my anxiety has not been relieved.

  • The various media outlets in the U.S. have totally whored themselves for ratings rather than reporting that which has been actually newsworthy. They have not reflected most Americans nor the way most Americans think. I have faith that he strong, silent majority will show up at the polls and yank us back into reality. But we have all seen a very ugly side of too many of our undereducated, impressionable citizenry, and we can also see that we have a lot of work to do to erase the stench of this election period that took up way too much of our time in the first place.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related