Je m'abonne

Barack Obama reçoit plus d’une centaine de jeunes Africains

Le président Barack Obama devait recevoir mardi plus d’une centaine de jeunes ressortissants de pays d’Afrique, un demi-siècle après les indépendances de 1960, et discuter avec eux de « leur vision de l’Afrique pour les cinquante ans à venir ».

Cette rencontre, qui devait prendre la forme d’une séance de questions-réponses entre le président et cent quinze « dirigeants de la société civile et du secteur privé », s’inscrit dans le cadre d’une conférence de trois jours consacrée à l’Afrique à Washington, de mardi à jeudi. Cette conférence, selon le département d’Etat, marque le fait que « dix-sept pays d’Afrique sub-saharienne fêtent leurs 50 ans d’indépendance en 2010 ». Elle est organisée « en l’honneur de cette étape importante de l’histoire africaine et pour reconnaître les succès considérables depuis l’indépendance ».

Selon la directrice des affaires africaines au Conseil de sécurité nationale, organe de la Maison Blanche, ces rencontres s’inscrivent en droite ligne des propos de M. Obama aux Africains lorsqu’il avait visité le Ghana en juillet 2009. « Nous sommes partenaires (des Africains), mais nous ne sommes pas les locomotives », a affirmé Michelle Gavin aux journalistes. « Les vraies locomotives, ce sont les jeunes Africains. Ils représentent la grande majorité de la société. Et ce sont eux qui vont déterminer ce que les 50 prochaines années apporteront. » M. Obama avait annoncé cette rencontre fin juin lors du G8 au Canada, dont les travaux de la première journée avaient été élargis à plusieurs pays africains, dont le Sénégal, le Malawi, l’Algérie, l’Ethiopie ou encore le Nigeria.

Selon un haut responsable américain, M. Obama avait alors rappelé que son père kényan était l’un des premiers Africains de sa génération à être allé aux Etats-Unis. A Accra l’année dernière, le premier dirigeant noir des Etats-Unis avait invité les Africains à « assumer la responsabilité de (leur) avenir », promettant le soutien de son pays sur le chemin des réformes.

Related