Je m'abonne

Gare au roi Macron

Le mouvement d’Emmanuel Macron s’est imposé au premier tour des élections législatives qui se tenait le week-end dernier en Amérique du Nord. La domination du mouvement En Marche ! risque fort de changer la nature de notre République.

Le candidat investi par Emmanuel Macron, Roland Lescure, recueille 57,53% des voix aux Etats-Unis et au Canada, se plaçant quarante-trois points devant son adversaire Républicain, le député sortant Frédéric Lefebvre. Les sortants sont partout battus. Paradoxe : les futurs élus sont généralement inconnus des électeurs et n’ont pas pris d’autre engagement que de soutenir le jeune président de la République. Le phénomène sera certainement comparable en métropole, mais en moins spectaculaire, car les candidats en France métropolitaine sont mieux connus.

Il existe peu de précédents dans notre histoire d’un parlement massivement aligné sur le chef de l’Etat (à l’exception de De Gaulle en 1959). La domination du mouvement En Marche ! risque fort de changer la nature de notre République. Elle va devenir totalement présidentialiste et sans contre-pouvoir — une grande différence avec les Etats-Unis où, on le constate, les partis au Congrès jouent de leur autonomie face à Donald Trump, même lorsqu’ils sont Républicains.

Aux Etats Unis, les médias et les juges ont la possibilité de tempérer, voire de bloquer, les initiatives du président mais ce n’est pas du tout le cas en France. On ne soupçonne pas Macron d’avoir des tentations despotiques ; on espère seulement qu’il fera le meilleur usage de son pouvoir absolu. Mais il convient tout de même de s’interroger sur la Constitution française qui ne prévoit pas de tempérer les excès toujours possibles d’un chef de l‘Etat. Celui–ci peut de surcroît gouverner par ordonnances et referendum ce qui éloigne encore plus du nécessaire équilibre démocratique.

Que l’on soit pour ou contre Macron, une réforme de la Constitution s’impose. Les checks and balances est une invention française attribuée à Montesquieu qui a inspiré les Pères Fondateurs américains. Elle devrait aujourd’hui inspirer les Français.

  • Il y a des risques démocratique. La majorité absolue d’un président est une dictature. Le mulitipartisme est une sécurité contre les abus des politiques qui bénéficient de trop d’avantages, salaire, primes etc. Cela rappelle les privilèges de l’ancien régime. De plus , il faudrait limiter les mandats des élus, interdire le népotisme ainsi qu’un enfant ou parent d’un élu puisse lui succéder dans la fonction qu’il occupait. Ce vide juridique permet trop d’abus. C’est le peuple qui choisit et donne aux élus qu’il choisit le droit de gérer pour la République et le respect de la démocratie. Quand le peuple de souleve et descend dans la rue , n’ul n’a le droit de dire » ce n’est pas la rue qui gouverne  » de plus il n’y a pas une France d’en haut et une France d’en bas.il y a un peuple, un État, ine République. Ne méprisez pas le peuple français.!!!!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related