Je m'abonne

Le couscous algérien est arrivé à Brooklyn via Paris

Etudiant en journalisme à Columbia University, Aaron Lee n’aurait jamais imaginé qu’il deviendrait, selon son épouse, « le roi du couscous à New York ». Le « gars du sud-ouest de la Géorgie » est aujourd’hui propriétaire et gérant de Bar Omar à Williamsburg, à Brooklyn, un restaurant à la lumière tamisée dont le menu est réputé pour ses tagines et ses couscous franco-algériens.

Aaron Lee a mis un terme à sa carrière de journaliste avec l’intention de recréer à New York le bistro parisien Chez Omar. Du nom de son fondateur et propriétaire Omar Guerda, cet établissement ouvert à la fin des années 1970 a été l’un des premiers à offrir des spécialités nord-africaines à Paris. Aaron Lee a rejoint cette entreprise familiale lorsqu’il a épousé la fille d’Omar, Yasmina Guerda, qu’il a rencontrée à Columbia University. Le couple a ouvert Bar Omar en février 2016 et maintenant que Yasmina s’est retirée pour travailler avec les Nations Unies au Nigeria, Aaron est chargé de s’assurer que le restaurant reste fidèle à ses origines algériennes et françaises. L’objectif du restaurant est d’offrir à la cuisine d’Omar une résidence secondaire aux Etats-Unis et de proposer un menu fidèle aux recettes familiales transmises de génération en génération. Aaron Lee souhaite cependant offrir plus que de simples mets ; il s’applique à transmettre l’idée d’Omar, à savoir des plats faits maison et de copieuses portions à partager. Son souci principal est que ses convives mangent à leur faim et qu’ils soient « tellement repus qu’ils ne pensent plus qu’à une chose : aller se coucher ».

chez-omar-couscous-nord-afrique-algerie-maroc-food-restaurant-new-york-aaron-lee-pierre-rouget

Le propriétaire de Bar Omar Aaron Lee (à droite) et le chef franco-algérien Pierre Rougey. © Melody Chan

Bar Omar participera à la French Restaurant Week de New York du 3 au 16 juillet. Pour l’occasion, Bar Omar proposera deux formules de dîner à trente-huit dollars : l’un appelé « Le Parisien » et l’autre « L’Etranger », en référence au roman d’Albert Camus. Nous nous sommes entretenus avec Aaron Lee et Yasmina Guerda pour en savoir plus.

France-Amérique : Qu’est-ce que cela signifie pour vous de servir des plats nord-africains et de participer à la French Restaurant Week ?

Aaron Lee : Omar aime dire que le couscous est maintenant le deuxième plat le plus populaire en France. Il ne semble pas exagéré d’affirmer que le couscous fait partie de la culture française. Une grande partie de toute culture est largement définie par les immigrants qui la traversent.

Yasmina Guerda : Je suis fière que nous ne soyons pas cent pout cent français. Nous sommes des immigrants qui contribuent à la gastronomie française aux Etats-Unis. C’est une position intéressante en cette période troublée. En Europe aussi, le débat existe pour déterminer qui est européen et qui ne l’est pas. Les deux menus que nous avons conçus pour la French Restaurant Week jouent sur cette idée.

Parlez-nous plus en détails des plats que vous servez au Bar Omar.

Yasmina Guerda : Nous servons des plats nord-africains et français. J’insiste sur le terme « nord-africain » car tout le monde en Amérique connaît les spécialités marocaines, mais personne ne sait qu’une grande partie d’entre elles ont été créées dans d’autres pays comme la Tunisie ou l’Algérie. Nous sommes réputés pour notre couscous, mais nous avons aussi élargi notre carte en proposant des tagines, quelques plats français [comme le steak au poivre] ainsi que l’incontournable hamburger.

Vous avez donc dû vous adapter à la culture américaine lorsque vous avez décidé d’ouvrir un restaurant ici ?

Yasmina Guerda : Nous avons ajouté le hamburger, car tous les clients ne sont pas forcément prêts à se montrer aventureux et à goûter des spécialités d’autres cultures. Nous avons aussi changé la décoration. Chez Omar à Paris est une brasserie française traditionnelle, dont le mobilier remonte aux années 1920 et avec un éclairage extrêmement brillant. Pour le Bar Omar, nous avons adopté l’esthétique de Brooklyn : bois sombre et éclairage tamisé.

Aaron Lee : Nous avons également ajouté un bar. Les bistros français ne proposent habituellement pas de cocktails, mais nous le faisons. Nous avons donc passé beaucoup de temps à mettre au point une carte des cocktails [qui inclut le Maghreb Mule, le Berber Spritz et l’Omartini] et à nous assurer que notre bar soit varié et bien fourni.

Qu’espérez-vous partager avec les Américains ?

Aaron Lee : Nous voulons faire découvrir notre couscous à autant de personnes que possible. Nous ne rationnons pas notre couscous, ni ne préparons les portions sur une assiette ; c’est un service à volonté. Ce type de service de couscous n’est offert nulle part ailleurs. C’est comme manger à la table familiale !

Bar Omar
188 Grand Street
Brooklyn, NY 11221
(718) 388 0411
www.chez-omar.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related