fbpx
Je m'abonne

Chargeurs : de la haute couture aux masques de protection sanitaire

En mars dernier, Chargeurs fabriquait encore du tissu technique pour Chanel, Balmain et Yves Saint Laurent. Le groupe français présent aux Etats-Unis produit désormais des masques de protection sanitaire au rythme de 15 millions par semaine. Un effort inédit dans la longue histoire du groupe fondé en 1872, qui a adapté ses usines de Picardie et d’Alsace pour parer à la demande de matériel médical engendrée par la pandémie. De cette reconversion est née la filiale Lainière Santé, dont les masques filtrants sont disponibles depuis peu aux Etats-Unis sous l’enseigne Lainiere Health. Entretien avec le PDG du groupe, Michaël Fribourg.


France-Amérique : La pandémie et la suspension des vols internationaux ont été un défi historique pour le groupe Chargeurs, présent dans 90 pays [qui possède aussi le magazine France-Amérique]. Comment avez-vous vécu cette période ?

Michaël Fribourg : Nous sommes habitués aux crises graves, militaires, politiques ou sanitaires. La Compagnie des Chargeurs Réunis est même née d’un après-guerre, puisqu’elle a été fondée pour accompagner la stratégie de reconquête internationale de la France suite à la défaite de 1870. Depuis, le groupe a pris part à tous les efforts de guerre. En 1914-1918, nos cargos transportaient les militaires français et les approvisionnaient en viande provenant d’Argentine. Et durant la Deuxième Guerre mondiale, nos bateaux et nos avions ont soutenu la France Libre, notamment en Afrique. Plus récemment, nous avons fait le choix de produire des équipements de protection individuelle pour accompagner la situation sur le front sanitaire.

Comment passe-t-on de la production de tissu technique pour la haute couture à la production de masques sanitaires ?

C’est le fruit de notre savoir-faire industriel. En des temps records, nous avons adapté nos équipements pour modifier les tissus que nous produisons : l’opération nécessitait trois mois, on l’a fait en trois jours. Nous avons réorganisé les missions de nos employés, un important défi managérial, et modifié les méthodologies de travail de nos équipes industrielles et de nos équipes d’innovation. Aujourd’hui, toutes nos usines produisent ces technologies et les activités de masques du groupe Chargeurs font travailler plus de 10 000 personnes dans le monde directement et indirectement.

michael-fribourg-chargeurs-lainiere-sante-health-Elena-Olivo

© Elena Olivo

En quoi ces masques sont-ils innovants et en quoi se démarquent-ils de ceux produits par vos concurrents ?

Les masques Lainière Santé sont filtrants et respirants. A la différence des face masks qui existent aux Etats-Unis, les masques Lainière Santé filtrent les particules de façon spécifiques. Ils retiennent les gouttelettes invisibles émises ou reçues par le porteur. Ils sont aussi ultrafins, respirants et antimicrobiens.

Les normes qui régissent la production de masques sont différentes en France et aux Etats-Unis. Comment avez-vous appréhendé ces différences ?

Nous avons travaillé main dans la main avec les autorités sanitaires, y compris la FDA aux Etats-Unis, pour répondre aux spécifications d’usage. Le fait que nos masques soient déjà reconnus au niveau européen par l’AFNOR [Association française de normalisation], l’ANSM [Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé] et l’Académie de médecine sera évidemment un atout sur le marché américain.

En France, les masques lainière santé sont vendus en ligne mais aussi dans les pharmacies et les bureaux de tabac. Comment la distribution sera-t-elle assurée aux Etats-Unis ?

Nous aurons un système similaire avec des accords avec les grandes pharmacies et les professionnels de proximité. Nos plateformes de vente en ligne permettent également d’assurer une distribution directe aux consommateurs.

Vous êtes un nouvel acteur sur le marché de la production de masques grand public. Pensez-vous, comme Emmanuel Macron le souhaite, que la filière textile française sera capable d’assurer l’indépendance totale de la France en termes de masques sanitaires d’ici la fin de l’année ?

Nous partageons le sentiment que la France a la capacité d’une indépendance stratégique, mais en tant que groupe mondial, notre vision est d’exporter nos technologies dans les pays, comme les Etats-Unis, qui sont attentifs à cette qualité française. En parallèle, nous développons aux Etats-Unis de nouvelles capacités de production pour avoir à la fois des produits made in France et des produits made in USA. Ce sont nos deux grandes jambes mondiales : être fort en Europe et être fort aux Etats-Unis.

En tant que PDG d’un groupe mondial, comment envisagez-vous l’avenir post-Covid ?

La situation économique globale va être extrêmement difficile dans les années à venir car une crise sociale, géopolitique et de gouvernance va probablement frapper les grands pays développés. Cet environnement nous conduira à repenser un certain nombre de fondamentaux du capitalisme mondial pour davantage orienter nos priorités vers le long terme. L’Europe et les Etats-Unis, et plus particulièrement la France et les Etats-Unis, ont tout intérêt à faire front commun pour stabiliser la situation sanitaire et relever les grands défis qui s’annoncent ; nous sommes alliés de longue date sur le plan culturel, économique et technologique.


=> Boutique en ligne Lainière Santé : www.lainiere-sante.com


Entretien publié dans le numéro de juillet 2020 de France-Amérique. S’abonner au magazine.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related