Je m'abonne

« Jusqu’à la garde », regard sur les violences conjugales

Doublement primé à la dernière Mostra de Venise, le premier long métrage de Xavier Legrand s’immisce dans l’intimité d’un couple en procédure de divorce. Une œuvre saisissante entre documentaire, thriller et drame social.

Le film s’ouvre sur une scène dans le bureau du juge. Miriam et Antoine Besson s’y affrontent par l’intermédiaire de leurs avocats respectifs. Le couple est en plein divorce. La tension est palpable. Miriam veut protéger Julien, leur fils âgé de 11 ans, en l’éloignant du père qu’elle accuse d’actes de violence. Elle demande la garde exclusive de l’enfant qui, dans une lettre adressée au magistrat, exprime, lui aussi, son désir de rester avec sa mère. Le père réfute les accusations de son ex-femme et se dit meurtri de ne plus voir son fils. Son avocate intervient, avance des arguments convaincants et le juge finit par accorder une garde partagée au père…

A partir de ce prologue quasi documentaire, le film va se concentrer sur le drame intime de la famille Besson et se muer, suivant une progression implacable, en thriller. Harceleur et manipulateur, Antoine se révèle peu à peu être un danger réel pour ses proches. Il fait pression sur son fils pour lui soutirer des informations et maintenir une emprise sur son ex femme. L’enfant, tiraillé entre la peur et l’empathie vis-à-vis de son père, cherche à protéger sa mère. Peu à peu, l’étau se resserre. Otage de ses parents, Julien va tout faire pour empêcher le pire…


Avec une mise en scène épurée, Xavier Legrand, qui dit avoir beaucoup regardé La Nuit du Chasseur de Charles Laughton et Shining de Stanley Kubrick, parvient à créer un climat d’anxiété allant crescendo jusqu’aux derniers plans, bouleversants. Le film doit également beaucoup à son casting. Denis Ménochet, jusqu’alors injustement cantonné dans des seconds rôles, incarne à la perfection cet homme bien plus tortueux qu’il n’en a l’air. Léa Drucker dans le rôle de la mère et Thomas Gioria, le fils, sont eux aussi excellents. Une première œuvre maîtrisée qui met en lumière les ressorts de la folie ordinaire et les violences qu’elle engendre au sein de la famille. Une révélation.


Sortie américaine : 29 juin 2018

Durée : 1h33
Réalisateur : Xavier Legrand
Avec : Léa Drucker, Denis Ménochet, Thomas Gioria
Distributeur : Kino Lorber

Article publié dans le numéro de juin 2018 de France-Amérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related