Je m'abonne

Election présidentielle : des conditions de vote « dramatiques »

Dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères et au ministre de l’Intérieur, le représentant des Français de l’étranger aux Etats-Unis dénonce des conditions de vote « dramatiques » lors du premier tour de l’élection présidentielle.

Damien Regnard, installé à La Nouvelle-Orléans depuis 1996 et élu en 2009 à l’Assemblée des Français de l’étranger, rapporte « plus de trois heures d’attente » aux bureaux de vote de Toronto et de Montréal, une « situation tendue » à Vancouver et nombre de procurations refusées dans les bureaux de vote américains et canadiens. « Beaucoup d’électeurs n’ont pas pu voter et ont été contraints de faire demi-tour », constate l’élu.

Pour « fluidifier » le second tour de l’élection présidentielle et les élections législatives à venir, le Français appelle les quinze consulats de France aux Etats-Unis et au Canada à disperser les bureaux de vote, recruter davantage de volontaires et développer le vote électronique.

Le consul de France à Toronto s’est excusé pour la « confusion » et s’est engagé à accroître le nombre d’assesseurs ainsi qu’à renforcer les contrôles de sécurité lors du second tour de l’élection présidentielle, le samedi 6 mai prochain. Le ministre des Affaires étrangères et le ministre de l’Intérieur n’ont pas répondu.

« L’organisation des bureaux de vote ne reflète pas l’augmentation de la communauté française en Amérique du Nord », conclut Damien Regnard. « Au moins cinq bureaux de vote » ont été supprimés aux Etats-Unis par rapport aux élections présidentielles de 2012. « Il est urgent de nttre en place un système qui permette à tous les Français de s’exprimer. »


La lettre adressée par Damien Regnard au ministre des Affaires étrangères et au ministre de l’Intérieur

La Nouvelle-Orléans, Etats-Unis, le 22 avril 2017

Monsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Ministre,

Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de nouvelles très préoccupantes à l’occasion du scrutin de premier tour de l’élection présidentielle en Amérique du Nord. Elu depuis 2009 à l’Assemblée des Français de l’étranger, je n’ai jamais vu une telle situation !

C’est à Montréal que les circonstances sont clairement les plus dramatiques, avec des délais d’attente supérieurs à trois heures dans des conditions pluvieuses et une température de seulement 5 degrés. Ceci est intolérable. On m’a notamment fait part de personnes âgées obligées de renoncer en raison des conditions climatiques, de personnes en situation de handicap et de familles avec de jeunes enfants attendant dehors pendant des heures.

J’ai par ailleurs reçu des témoignages de plusieurs villes de notre circonscription d’Amérique du Nord où l’attente est de souvent plus d’une heure.

Enfin, dans la période sécuritaire trouble que nous vivons, ces « rassemblements de Français » constituent une menace pour leur sécurité, malgré toute l’aide fournie par les autorités locales. Le consulat de New York a même été confronté à une alerte à la bombe qui a mené à une fermeture temporaire des bureaux de vote.

Au-delà des distances souvent importantes pour se rendre dans un bureau de vote (plusieurs heures de voiture pour bon nombre des électeurs), il semble clairement que nos réseaux consulaires très dévoués et très mobilisés ne puissent faire face à cette affluence citoyenne, par faute de moyens.

Il est inadmissible qu’en raison de cette situation, nos compatriotes soient découragés d’exercer leur droit de vote et se voient même parfois obligés de renoncer. On reproche souvent aux Français de l’étranger leur manque de mobilisation lors des différents scrutins. Point n’est besoin de chercher plus loin : l’inadéquation des moyens déployés porte clairement atteinte à leur droit de vote. Pour ne rien arranger, plusieurs bureaux de vote ont même été supprimés dans notre circonscription.

En conclusion, je vous demande, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre, de prendre toutes les dispositions nécessaires (nouveaux lieux de vote, meilleure répartition sur le territoire, mise à disposition de moyens humains pour les consulats, appel à volontaires, etc.) pour permettre aux Français de l’étranger d’exercer leur droit de vote dans les meilleures conditions à l’occasion du second tour de l’élection présidentielle.

Ces questions sont tout aussi valides pour les élections législatives du mois de juin, pour lesquelles vous nous avez supprimé le droit de vote par Internet. Dans ces circonstances, j’espère que les moyens qui seront déployés se montreront à la hauteur des enjeux.

Dans l’attente de votre réponse et d’une amélioration de la situation, je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre, en l’assurance de ma considération distinguée.

Damien Regnard

Conseiller élu à l’Assemblée des Français de l’étranger
Circonscription des Etats-Unis d’Amérique

  • Lorsque l’on a un bureau de vote chez le vice consul a Greenville – SC – et que cela necessite 180 miles aller et retour pour etablir sa procuration, on ne peut que regretter de ne pouvoir utiliser Internet.
    Un peu de modernisme serait apprecie…

  • Et ?
    La lettre a-t-elle été entendue ?
    Notre démocratie est morte ! Déplorable consulat. Je n’ai pas pu voter au premier tour à Montréal. Le premier article de la constitution devrait être un engagement de l’état : « L’État s’engage à offrir à tous les citoyens possédant un droit de vote un accès aux urnes afin que sa voix puisse être comptabilisé ». J’ai franchement honte. Au Canada, il existe un système de vote par anticipation. Il serait tellement simple d’avoir un bureau de vote permanent au consulat les 30 jours précédent la date du scrutin…
    Mais bon… Apparemment, l’ENA n’enseigne pas le bon sens, elle enseigne à ses sujets le goût du pouvoir.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related