Je m'abonne

« Les francophones de Louisiane manquent de visibilité »

En Louisiane, un expert en publicité compte sur un site internet et un simple mot, « bonjour », pour offrir plus de visibilité aux 250 000 francophones de l’Etat.

Il y a trois semaines, Brian Clary cherchait un coiffeur francophone dans la région de Lafayette. Consultant en publicité originaire de Virginie et installé en Louisiane depuis le début de l’été, il aurait pu se rendre dans un salon anglophone. « Mais en me rendant chez un coiffeur qui parle français », assure le francophile, « j’encourage l’économie francophone de l’Etat et j’incite d’autres personnes à parler français ».

De bouche à oreille, il a trouvé un coiffeur à Ville Platte, à une heure de route de Lafayette. Pour faciliter ses futures recherches, Brian Clary a créé une carte des administrations, entreprises, magasins, restaurants, hôtels, musées et autres sites touristiques de l’Etat capables d’accueillir le public en français.

L’attribution du label « Francoresponsable », un terme conçu au Québec en 2009, fait partie des mandats du CODOFIL. Mais l’agence des affaires francophones de la Louisiane, par manque de personnel, a mis le projet en suspens. La carte de Brian Clary, qui compte déjà 245 lieux, sera mise en ligne dans les semaines à venir. Le site listera également des évènements culturels francophones et offrira un service de petites annonces en français. « Ce sera un hub pour les Louisianais et les touristes. »

Un signe de reconnaissance bilingue

Mais ce n’est pas suffisant pour « rassembler les francophones » de l’Etat, selon Brian Clary. « Ils sont très présents sur les réseaux sociaux mais sont quasiment invisibles dans la rue. » Inspiré par une pratique populaire au Québec, le consultant suggère que les Louisianais utilisent la formule « bonjour-hi » pour se saluer. D’autres hybrides existent : « bienvenue-welcome », « merci-thanks ». En signature de ses mails, Brian Clary préfère « au plaisir-sincerely ». « Depuis que j’emploie ces expressions », témoigne-t-il, « je rencontre des francophones tous les jours — un chauffeur de taxi il y a quelques jours, trois personnes dans un café ce matin ».

Les élèves des classes d’immersion et leurs parents n’hésitent pas à parler français en public. Mais les personnes âgées, qui ont grandi lorsque le français était encore interdit en Louisiane, sont souvent plus réticentes. Entendre « bonjour-hi » à la poste ou au supermarché pourrait les encourager à s’exprimer en français. Pour défendre son initiative, le consultant en publicité a créé en juin dernier le groupe Parti Louisianais [sans affiliation politique] sur Facebook.

« Notre objectif n’est pas de forcer les Louisianais à parler français comme c’est le cas au Québec », se défend Brian Clary. « Mais il est important de leur donner une option. Ce signe de reconnaissance en français et en anglais pourrait réunir les francophones de l’Etat derrière une cause commune. »

  • Coupe de force ! Avec plaisir, Brian Clary.
    Je suis avec Le Parti Louisianais.
    T’as bien fait.
    Avec affection,
    Marymac ⚜️

    • De 1921 à 1968, la Constitution de la Louisiane a interdit l’enseignement public dans toute langue autre que l’anglais (article XII, section 12). En vertu de cette loi, les élèves qui s’exprimaient en français pendant la classe étaient punis.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related