Je m'abonne

Mode française contre mode américaine

Il existe d’innombrables généralisations sur les approches opposées de la mode des Françaises et des Américaines : les Françaises préfèrent la qualité à la quantité, les Américaines seraient plus décontractées. Mais la plupart ne sont que le fruit de notre imagination. Pour se rapprocher de la réalité, nous avons parlé à deux femmes du secteur de la mode : Valerie Steele, experte américaine de la mode, et Anne Fontaine, styliste française.

Valerie Steele est directrice du musée du Fashion Institute of Technology à New York, l’une des meilleures écoles de stylisme du pays. Elle est titulaire d’un doctorat de Yale où elle s’est spécialisée en histoire de la mode, et a été décrite comme « l’une des femmes les plus intello de la mode » par le Washington Post. En plus d’organiser des expositions, Valerie Steele est également l’auteur de plus de vingt ouvrages sur le thème de la mode. Anne Fontaine est une styliste française d’origine brésilienne, célèbre pour son approche novatrice du chemisier blanc. Sa marque éponyme, créée il y a vingt-trois ans, compte près de soixante-dix boutiques dans le monde, dont vingt-cinq aux Etats-Unis. La créatrice vit à Manhattan depuis deux ans.

anne-fontaine-valerie-steele-fashion

Ces deux femmes participeront à la conversation « Regards croisés, une discussion sur la mode française et américaine« , qui se tiendra le 18 septembre à la librairie Albertine à New York.

France-Amérique : Comment définiriez-vous la mode française et américaine aujourd’hui ?

Valerie Steele : C’est plus complexe que ça. Des stylistes originaires du monde entier sont installés à Paris et créent tous des styles différents. En termes d’attitude, les stylistes à Paris ont peut-être plus tendance à considérer la mode comme une forme d’art avant-gardiste alors qu’en Amérique, on perçoit plutôt la mode comme des tenues sportives minimalistes. Cela ne s’applique cependant pas à tous les stylistes. A la Fashion Week de Paris, tout le monde ne donne pas dans le style « parisien ».

Anne Fontaine : En France, nous avons la couture dans le sang. Paris a vu naître la haute couture et est encore aujourd’hui le carrefour de la mode. Il existe une élégance toute française que les femmes s’approprient. Elles ne pensent pas tant que cela à ce qu’elles vont porter alors qu’aux Etats-Unis, les femmes s’organisent davantage. Une analogie pour illustrer cette affirmation : lorsque des amis américains m’invitent à dîner, ils prévoient un menu, cherchent des recettes et font leurs courses en fonction. Lorsque j’invite des amis chez moi, je me dis seulement : « Bon, qu’est-ce que j’ai dans le frigo ? »

Parlez-nous de « la Parisienne », cette femme française classique. Existe-t-elle toujours ?

Anne Fontaine : « La Parisienne » est une femme qui crée son propre look. Elle ne dépend pas de la mode, mais s’en inspire pour les petits détails. En France, on n’essaie jamais d’attirer l’attention sur soi.

Valerie Steele : C’est un mythe populaire et tenace, qui fait partie intégrale de l’image de la mode parisienne, la Parisienne qui était plus féminine et plus élégante que les autres femmes. Mais même au XIXe siècle, il n’était pas nécessaire d’être née à Paris pour faire preuve d’élégance ; de nombreux étrangers se rendaient à Paris et adoptaient ce look.

Qu’en est-il de l’élégance ? Ce terme a-t-il la même signification en France et aux Etats-Unis ?

Valerie Steele : On ne peut pas parler d’élégance « américaine », mais plutôt d’un style new-yorkais, qui est très raffiné et qui varie selon les différents sous-groupes. A New York, la mode de l’Upper East Side n’est pas la même que celle de Chelsea ou de Brooklyn. Je pense que les Françaises se sentent plus à l’aise en arborant le simple chic parisien agrémenté d’une touche tendance et de certains indémodables comme les bottines ou le trench-coat.

Anne Fontaine : L’élégance américaine est plus sophistiquée que l’élégance française. Par exemple, les Françaises ne portent pas de maquillage voyant. Une Française ne porterait jamais un vêtement qui révèle ses formes ou sa peau. Les Américaines, par contre, s’acceptent comme elles sont et n’ont pas peur de leur corps. J’apprécie beaucoup cet aspect, qui est l’une des choses les plus importantes que j’ai apprise depuis que je vis aux Etats-Unis. L’année dernière, lors d’un défilé que j’organisais à Boston, la responsable a choisi des femmes ordinaires au lieu des traditionnels mannequins, qui sont la norme en France. C’était fantastique de les voir porter mes vêtements. En France, on commence seulement à adopter cette mentalité.

Avez-vous un look ou un style de vêtements français ou américains que vous préférez ?

Valerie Steele : Je m’habille comme un ninja : pantalon noir, haut noir et des sneakers parce que je cours toute la journée. J’adore les marques françaises Céline et Lemaire ; je possède plusieurs paires de sneakers en cuir de la marque Céline et des pantalons Lemaire. Cependant, si je devais choisir un vêtement dans ma garde-robe, ce serait une paire de pantalon en laine Céline.

Anne Fontaine : Mon vêtement français favori, c’est le chemisier blanc, naturellement ! Yves Saint-Laurent et ses vêtements androgynes m’ont beaucoup inspiré au début de ma carrière de créatrice. J’adore aussi les leggings américains. Les femmes commencent à porter des leggings en France, mais ce n’est pas encore entré dans les mœurs. J’ai récemment lancé une ligne de vêtements décontractés qui inclut des leggings. Je pense que le fait de vivre à New York n’y est pas pour rien.

Selon vous, quel est le pire faux pas en termes de mode ?

Valerie Steele : L’une des erreurs classiques est de ne pas savoir clairement qui l’on est et donc de porter des vêtements qui ne s’accordent pas à sa personnalité ou à son style de vie.

Anne Fontaine : Ca s’appelle « vivre à la française ». Lorsqu’on est soi-même, on est beau quelque soit ce que l’on porte. A New York, j’adore les gens qui portent des vêtements fantaisistes, parce qu’ils reflètent qui ils sont. C’est ce qui les rend sublimes.

  • Une femme americaine depense beaucoup d’argent pour etre chic. Et elle aime les grands noms de couture. Une francaise a son chic particulier. La meme chose pour le maquillage.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related