Je m'abonne

L’immersion française s’exporte en Alaska !

Les deux premières classes bilingues français-anglais d’Alaska ouvriront en août prochain à O’Malley Elementary School, un établissement public d’Anchorage. L’Etat a beau être isolé, il attire une population internationale de plus en plus importante.

L’Alaska n’est pas étranger au bilinguisme. Au contraire : le premier programme bilingue de l’Etat fêtera cette année son trentième anniversaire ! Pendant la guerre froide, le Japon est un important allié commercial et stratégique de l’Alaska et une classe d’immersion japonais-anglais a ouvert ses portes à Anchorage, la plus grande ville de l’Etat, en 1989. Le modèle a essaimé et la ville compte aujourd’hui sept programmes bilingues dont deux en espagnol et un en yupik, une langue indigène.

Le programme français-anglais sera le huitième programme de ce type à voir le jour dans cette ville. Deux classes de grande section de maternelle ouvriront à la rentrée à O’Malley Elementary School, dans une banlieue résidentielle du sud de la ville. Une école en sous effectif, un temps menacée de fermeture. Une enquête a révélé que 250 élèves habitant dans la zone de l’école O’Malley étaient inscrits dans une autre école : dans la majorité des cas, les parents avaient préféré inscrire leurs enfants dans un établissement qui offre un programme bilingue en chinois ou en allemand.

Fédérer une communauté autour de l’école

« Les parents, qui sont très impliqués dans l’éducation de leurs enfants, recherchent des programmes qui se démarquent du cursus traditionnel », constate Brandon Locke, responsable des programmes bilingues au sein du district scolaire d’Anchorage. « Un programme bilingue permet d’attirer de nouvelles familles dans le quartier et de fédérer une communauté de parents autour de l’école », ajoute Anne Adasiak-Andrew, ex-professeure de français et présidente de l’association French Language Advocates Anchorage, qui milite pour la création d’une classe bilingue. « On peut dire que notre programme a sauvé l’école ! »

L’idée d’un programme bilingue anglais-français à Anchorage est née en 2006. Les parents étaient demandeurs — ils avaient même trouvé une maison d’édition américaine qui publie des manuels scolaires en français — mais les fonds manquaient. Deux bourses de 10 000 dollars, une de la fondation FACE et une autre de l’Alaska Community Foundation, ont permis de financer le programme, approuvé par les autorités scolaires d’Anchorage en novembre 2018.

Deux classes de 27 élèves

Un total de 122 élèves étaient candidats au programme : 54 feront leur rentrée à la fin du mois d’août, répartis en deux classes. La majorité d’entre eux ne parlent pas français à la maison. L’industrie pétrolière et minière, la pêche, le port de commerce, la base militaire et les centres d’expédition de FedEx et de UPS, parmi les plus importants du pays, attirent une importante population internationale à Anchorage. « J’ai été contactée par plusieurs familles franco-américaines, canadiennes, coréennes, mexicaines », témoigne Anne Adasiak-Andrew. « J’ai aussi reçu un mail d’un couple de Français qui travaille pour un groupe pétrolier en Corée du Sud et sera bientôt muté en Alaska ! »

Emmanuel-lebrun-damiens-Kelly-Eagleton-Anne-adasiak-andrew

Le consul de France à San Francisco Emmanuel Lebrun-Damiens (au centre) a visité l’école primaire O’Malley en décembre 2018. On le voit ici avec Kelly Eagleton (à droite), la directrice de l’école, et Anne Adasiak-Andrew (à gauche), la présidente de French Language Advocates Anchorage.

Courtney et Namory Bagayoko, un couple de médecins, se sont installés en Alaska en août 2017. Elle a grandi en Californie, il est né en Louisiane d’un père malien. Leurs deux enfants sont inscrits dans une école maternelle bilingue anglais-espagnol, mais ils rejoindront le programme d’immersion anglais-français l’année prochaine, afin de pouvoir échanger avec leur grand-père francophone.

Pérenniser le programme

« Lorsque nous sommes arrivés, il existait un programme dans toutes les langues stratégiques, sauf le français », se souvient Courtney Bagayoko, qui a rejoint l’association de parents French Language Advocates Anchorage et a participé à l’organisation d’une dégustation de vin et de fromage pour récolter des fonds. « Deux classes ouvriront à la rentrée, mais nous devons poursuivre nos efforts pour pouvoir acheter le matériel pour les classes à venir. »

Le district scolaire d’Anchorage est maintenant à la recherche d’un assistant francophone et d’un professeur capable d’enseigner les sciences et les sciences sociales en français. Brandon Locke, le responsable des programmes bilingues, est en charge des entretiens. « C’est parfois difficile de convaincre les gens de s’installer en Alaska », explique-t-il. Les clichés perdurent. « Les gens imaginent qu’on vit dans des igloos et ils sont surpris d’apprendre que nous avons autant de programmes bilingues ! »

  • Super ! Ah lala, je voudrais bien un programme comme celui-la a Gainesville, Floride. Il y en a un a Miami (Carver Middle School) et aussi (Sunset Elementary School). Ici j’enseigne l’espagnol et le francais a Eastside High School dans le bac international mais nous n’avons pas d’ecole bilingue ni de programme avec du francais. Nos effectifs de classes de francais diminuent de plus en plus au profit de l’espagnol ! Quel dommage. Pouvez vous nous aider ?
    Merci !

    Beatrice

  • Wow ! Quelle surprise ! Conseil pour toute personne voulant s’installer à Anchorage, je vous conseille de déménager au mois de mai et de passer tout l’été à Anchorage. N’essayez pas de déménager en septembre sinon vous rentrerez dans le cercle infernal de déprime. Faites l’été dans les pays nordiques. Essayez de descendre sous le cercle arctique (oui, Anchorage est a 1000 km sous le cercle) un mois après l’équinoxe de septembre.

    Theo Chino
    Ancien élève à UAA et co-fondateur du programme EFNY à New York

    • C’est vrai que c’est très tentant ! J’ai également passé 3 ans en Utah où j’ai enseigné le français. Quelle expérience formidable !

  • L’Alaska est juste magique ! Je n’y ai jamais vécu mais pour y être venu 3 fois 1 mois, toujours en juin et juillet, parcouru toutes les routes et pistes de l’état de Kodiak à Deadhorse, navigué le passage intérieur et la baie du Prince William, trekké le fantastique Chilkoot Trail et autour du magnifique Denali…, franchement, si vous avez les compétences et une envie de grand air, foncez !!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related