Je m'abonne

De DSK à Weinstein, la cause des femmes progresse

L’affaire Weinstein a déclenché, aux Etats-Unis comme en France, un déluge de réactions. L’affaire DSK, six ans plus tôt, avait reçu une réponse plus discrète. La société française serait-elle plus hypocrite ou plus tolérante envers les prédateurs sexuels que la société américaine ? Lorsqu'en 2011, il fut révélé — par les Américains — que Dominique…

Subscribers Only

To be able to access this article,
log in or subscribe to France-Amérique.

  • Cher Guy, bonjour,

    Excellent article !

    Il faut créer une action franco-américaine pour une levée de fonds 5 à 50 millions et ainsi constituer un fonds financier qui pourrait soutenir les victimes d’abus sexuels et harcèlements dans leurs actions judiciaires. Toutes les victimes n’ont pas les moyens et ne sont pas forcément admissibles aux procédures d’aide juridictionnelle.

    La notion de « class action » est à proscrire car un seul procès peut écarter des dizaines de victimes. Les actions individuelles seraient source efficiente d’action à l’encontre des agresseurs. Ce fonds peut aussi servir, outre à missionner des avocats, à missionner des enquêteurs et des psychologues pour aider les victimes. Le fonds pourrait aussi, si plus doté, servir à activer ou soutenir des associations géo-localisées contribuant à défendre le droit des victimes, femmes ou hommes. Une action simple qui conforterait d’un simple fait, le bénéfice que nous avons tous à vivre dans nos démocraties.

    Les fonds devraient être levés par le financement participatif pour laisser s’exprimer par le soutien du public mais aussi par des financements émanant de grandes entreprises (du secteur de la santé, beauté, mode, etc.) et aussi des donateurs privés. Il faut soutenir l’action gouvernementale vers une véritable réforme, et calquée sur la notion de crime non-prescriptible, comme aux U.S.

  • These predators often target vulnerable young women who can be intimidated into silence. What is needed is a support system that encourages victims to speak up immediately, so that there is real evidence to bring these slimy characters to trial immediately. While these incidents may ruin the career of someone like Weinstein, getting a rape conviction without evidence is extremely difficult.

  • Ce qui fut fascinant pendant l’affaire DSK en France ce fut le silence, et même le soutien, apporté par tout l’establishment, de gauche comme de droite, hommes et femmes confondus, à Strauss-Kahn.

  • Très étonnante, cette thèse, quand on sait que pour DSK, quand ça s’est su en France, sa carrière politique a été terminée, alors qu’aux Etats-Unis, quand ça s’est su pour Trump, c’est bien des Américains qui l’ont élu président quand même, non ? Sans parler des problèmes de viols et de harcèlement sur les campus américains qui sont devenus incalculables et qui sont « covered up » par des milliers d’universités (voir les documentaires de Vice News pour ceux qui sont pas au courant), j’ai encore jamais entendu parler d’un tel comportement aussi généralisé sur les campus français et qui soit mis sous silence…

  • Sexual harassment on the job, including verbal abuse, should be prosecuted. It creates a hostile environment because of the power differential between the victim and the aggressor. This differential create the threat of job loss if the victim is not compliant or tolerant of the abuse. However, prosecuting catcalls in the street is effectively treating women as if they are children unable to care for themselves. If a woman doesn’t like something that is said to her in the street, she can walk away, ignore the comment, or express her disgust. In America, that would include telling the offender to « F-ck off! » Having the police involved in something that a grown woman can handle herself is excessively patronizing and a waste of precious resources. Being accosted physically or trapped is, of course, a different matter.

  • De Telford à Cologne en passant par la région parisienne la cause des femmes régresse. Arrêtez cette désinformation.

  • Related