Je m'abonne

Guy Delisle présente aux Etats-Unis sa BD Chroniques de Jérusalem

Mardi 24 avril, le dessinateur québecois Guy Delisle était de passage à New York pour présenter sa dernière bande dessinée, traduite en anglais : Jerusalem.

Les chroniques de Jérusalem, selon le titre français, ont reçu le Fauve d’or au festival de la BD à Angoulême cette année, soit le prix du meilleur album pour 2012. Mais déjà avant, le travail de Guy Delisle était largement reconnu à travers le monde. Ce dessinateur rend compte de ses périples dans des sortes de carnets de voyages, récits de la vie quotidienne à l’étranger à travers des vignettes, traduits dans une dizaine de langues. Le Québecois a ainsi publié des albums sur Pyongyang, Shenzhen ou encore la Birmanie, avant de chroniquer son année passée dans la Ville Sainte, en 2008-2009, où il a accompagné son épouse qui travaille pour Médecins Sans Frontières.

Au Bookstore café de New York, à Manhattan (première étape d’une tournée américaine), l’auteur a donc évoqué à la fois sa vie d’expatrié et sa vision du métier. Il n’est pas journaliste, précise-t-il à répétition. « Je ne vais pas au-devant des histoires, j’attends qu’elles viennent à moi », note-t-il. Loin de relater les faits de manière objective, il assume son regard d’étranger plutôt que de spécialiste et raconte sa passion pour « les petits détails » et « l’humain ». A ses yeux, le dessin est aussi l’occasion d’être clair dans ses explications : « par exemple, on me pose toujours des questions sur le passage du check point. J’ai pris une page pour le dessiner, avec des flèches et des notes. »

Le dessinateur reste tout de même « prudent » sur une culture parfois controversée, de même lorsqu’il avait écrit sur la Corée du Nord. Il s’en tient à raconter des anecdotes de la vie quotidienne, comme la difficulté de trouver des couches pour bébé le jour de Shabbat. Aujourd’hui, ses enfants ont 5 et 8 ans. « On s’est  installé en France pour quelques années », précise Guy Delisle, qui s’attèle donc à une nouvelle forme de BD, « toujours autobiographique mais plus à l’étranger ».

Toutes les dates américaines :

BOSTON Mercredi 25 avril, 19h au Harvard Bookstore (Cambridge)
WASHINGTON DC Jeudi 26 avril, 19h30 à Politics & Prose
LOS ANGELES Samedi 28 avril, 17h30 à Skylight Books
IOWA CITY Lundi 30 avril, 19h à Prairie Lights
MINNEAPOLIS Mardi 1er mai, 19h30 à Magers & Quinn
CHICAGO Mercredi 2 mai, 19h à la Oak Park Library
TORONTO Jeudi 3 mai, 19h au Carlton Cinema, avec Beguiling
TORONTO Samedi 5 et dimanche 6 mai au Toronto Comics Art Festival

Related