fbpx
Je m'abonne
Banner website_back to school

Justine Triet : « La maternité est un sujet peu montré au cinéma »

Le troisième long métrage de la Française Justine Triet, Sibyl, remarqué à Cannes en 2019, inaugure ce 11 septembre le festival de cinéma virtuel du Lincoln Center. L’actrice Virginie Efira y incarne Sibyl, une psychanalyste alcoolique et mère de famille qui décide de devenir romancière et voit sa vie bouleversée par la rencontre d’une patiente, Margot (Adèle Exarchopoulos), une actrice en détresse sur le point d’avorter. Fascinée par la vie de cette dernière, elle s’en inspire pour écrire son roman. Cette relation en miroir contraire à l’éthique, entre vampirisme et volonté d’aider, fera resurgir les vieux démons de Sibyl.


France-Amérique : Le couple formé par Sibyl et Margot est un classique cinématographique américain, présent dans Eve de Joseph L. Mankiewicz comme dans Une autre femme de Woody Allen. Quel est votre intérêt pour ces face-à-face féminins ?

Justine Triet : Eve a été une révélation ; Une autre femme est le point de départ de Sibyl. Pourtant, je ne voulais pas qu’une femme en efface une autre ou qu’il y ait une rivalité entre elles. C’est par sa rencontre avec Margot que le passé de Sibyl va resurgir. Et même s’il y a de la cruauté, une forme de pillage de cette jeune actrice, je voulais qu’il y ait quelque chose d’amical. Dans la fascination qu’elles entretiennent l’une pour l’autre, il y a un désir mimétique de deux femmes qui se regardent et s’apprennent. Le rapport de force de l’analysante sur l’analysée s’inverse.

Vos personnages féminins sont souvent au bord de la crise de nerf — on pense à Gena Rowlands sous la direction de Cassavetes. Comment arrive-t-on à créer ces femmes « sous influence » ?

Ce que je ressens chez Cassavetes, c’est le lâcher prise absolu de ses actrices. Il faut se libérer de l’analyse : ce n’est pas parce que j’explique le principe d’un personnage que le jeu de l’acteur va être meilleur. Mon boulot, c’est de créer une atmosphère particulière de l’ordre de la recherche.

 

La création artistique apparaît aussi problématique que la maternité. La dualité mère-artiste était-elle au centre de vos préoccupations ?

J’ai deux filles et je travaille énormément, donc cela me préoccupe beaucoup. J’ai été influencée par des témoignages de femmes qui ont dû se positionner devant la maternité d’une façon extrêmement douloureuse, soit par des avortements, soit par le fait d’avoir des enfants et ne pas réussir à s’en occuper. La difficulté de vivre la maternité est une chose peu dite et cachée. C’est un sujet intéressant peu montré au cinéma.

Pour Sibyl, l’écriture est un outil de rationalisation — par opposition à l’alcool — par lequel elle réinvestit le monde des sensations. Quelle est votre relation à l’écriture ?

L’écriture est un moment d’organisation qui me plaît. Elle permet aussi de sublimer la médiocrité des disputes ou de certaines histoires d’amour, mais aussi de réparer par la compréhension de ce qui a été vécu. J’aime bien l’idée de transcender le réel : raconter sa petite histoire autobiographique n’a aucun intérêt.

Vous adhérez avec les cinéastes Rebecca Zlotowski et Céline Sciamma à l’association Le Deuxième regard, qui milite pour l’égalité hommes-femmes dans l’industrie du cinéma français. Ce milieu est-il est en train de changer ?

Le cinéma, en France et à l’étranger, est en train de changer très fortement. On vit un moment de crise qui va déboucher sur un renouvellement. Je veux que les femmes soient plus présentes dans la création et dans des postes importants. Qu’est-ce qui s’est passé pour qu’on connaisse dans un tel déséquilibre ? Pourquoi la Palme d’Or n’a-t-elle été remise qu’à une femme en 65 ans d’existence ? Pendant longtemps ce n’était pas un sujet et aujourd’hui on ne peut plus l’ignorer.


=> Le film Sibyl sera disponible à la location (12 dollars) sur la plateforme Film at Lincoln Center Virtual Cinema à partir du 11 septembre 2020 à 10 am EST.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related