Je m'abonne

La droite quitte l’hémicycle, accusée par Ayrault de vouloir « l’échec de la France »

Accusés par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault de « vouloir l’échec de la France », les députés de droite ont brièvement quitté mardi la séance des questions d’actualité à l’Assemblée nationale en signe de protestation.

Répliquant aux cris des élus de droite alors qu’il répondait à une question d’un député socialiste, Philippe Martin, sur la compétitivité, le chef du gouvernement leur a lancé : « Mesdames et messieurs les députés, on aurait l’impression à droite que vous souhaitez l’échec de la France. Moi je souhaite le succès de la France! », provoquant le départ de la quasi-totalité d’entre eux des bancs de l’hémicycle. Le secrétaire national de l’UMP, Jean-François Copé, est sorti et a déclaré que l’opposition était « insultée ». Non content du « matraquage fiscal » et de l’enterrement du rapport Gallois, Jean-Marc Ayrault « ose insulter l’opposition », à qui « il ne donne aucun droit » et qu’il « ne consulte jamais », a protesté M. Copé. « Ce niveau d’injures commande qu’à un moment il faille dire stop », a-t-il dit.

Plusieurs députés UMP ont demandé « des excuses » au Premier ministre. Ainsi l’ancien président de l’Assemblée, Bernard Accoyer: « une telle déclaration exige des excuses du Premier ministre d’autant que ses premières décisions sont à l’encontre de la compétitivité ». Pour sa part, Christian Jacob, le chef de file du groupe UMP, soulignait que l' »on ne p(ouvait) pas avoir un Premier ministre qui perd à ce point ses nerfs et qui explique que la moitié de l’hémicycle est pour l’échec de la France. C’est indigne! »

L’ancien ministre Laurent Wauquiez renchérissait: « un député de la République ne peut pas s’entendre dire qu’il veut l’échec de la France. C’est impossible. On essaye tous de défendre un bien commun et là, Jean-Marc Ayrault insulte toute la République. Il faut qu’il reprenne son sang-froid et qu’il s’excuse ». « C’est indécent et indigne de votre fonction », soulignait pour sa part Axel Poniatowski dans l’hémicycle, qui s’est peu à peu de nouveau rempli après cet incident. « La droite se drape dans sa dignité outragée dans un jeu de rôle qui ressemble beaucoup à du théâtre » a commenté le député écologiste Noël Mamère qui posait la question suivante, sur les OGM, au gouvernement.

Au groupe PS, on se contentait de minimiser l’incident en le qualifiant de « très classique ». Lorsque le rapport Gallois sera déposé le 5 novembre, a déclaré le Premier ministre, « le lendemain le Conseil des ministres sera réuni en séminaire ». En fait M. Ayrault a prévu de réunir l’ensemble du gouvernement en séminaire à Matignon. « Les premières décisions, les premières orientations, le lancement de la stratégie de la conquête de la compétitivité, c’est-à-dire pour la bataille contre le chômage et pour l’emploi, seront lancées. Même si ça vous gène, nous le ferons pour la France », a-t-il affirmé.

Related