Je m'abonne

La « vengeance » de Johnny Hallyday à Cannes

Star française de la chanson, Johnny Hallyday, était dimanche la vedette du 62e Festival de Cannes, en incarnant un ancien tueur à gages amnésique dans Vengeance, un film noir, « inspiré du western » selon son auteur hongkongais Johnnie To.

Johnny Hallyday qui n’avait plus été sélectionné à Cannes depuis Détective de Jean-Luc Godard il y a 25 ans, montera les marches dans la soirée mais a déjà fait crépiter les flashes des photographes avant sa conférence de presse.

Vengeance, 5e film de Johnnie To présenté à Cannes, fait partie des longs métrages les plus attendus avec Antichrist du Danois Lars von Trier lundi, Les étreintes brisées de l’Espagnol Pedro Almodovar mardi et Inglourious basterds, de l’Américain Quentin Tarantino mercredi.

Au 5e jour du festival, Un prophète de Jacques Audiard, était le film le plus apprécié des critiques internationaux interrogés par le magazine professionnel Screen, parmi les six en lice pour la Palme déjà dévoilés.

Vengeance, timidement applaudi par la presse le matin, marque la rencontre inédite entre le virtuose cinéaste hongkongais Johnnie To et l’icône française Johnny Hallyday qui n’avait jamais tourné en anglais. « C’était la première fois que j’allais en Chine, j’étais complètement perdu. Personne ne me comprenait. Ceci m’a beaucoup aidé pour le film », a expliqué ce dernier.

Interrogé sur son image de star très entourée qui semble également solitaire, il a répondu : « c’est vrai que je dégage souvent l’apparence de quelqu’un de solitaire ». « J’ai traîné toute ma vie le manque d’avoir un père. Cette solitude là, je l’ai portée en moi toute ma vie (…) Mais c’est vrai que quand on est quelqu’un de sensible, qu’on a cela en soi, quand on vous donne des rôles de solitaire, on se sert toujours du vécu pour jouer ce que l’on a à jouer ».

Johnny campe un ancien tueur à gages français, devenu chef d’un restaurant à Paris, qui débarque à Macao puis Hong Kong pour venger le massacre de la famille de sa fille (Sylvie Testud). Costello qui emprunte son imperméable noir et son nom au héros joué par Alain Delon dans Le samouraï de Melville dont To et Hallyday sont fans, déambule seul entre de longues allées de néons ou dans les couloirs aseptisés d’un hôtel où Kwai (formidable Anthony Wong, un des acteurs fétiches de To) et ses deux acolytes, tueurs à gages, ont abattu la maîtresse infidèle de leur patron.

Obsédé par la vengeance, Costello les engage. Lors d’un déjeuner improvisé dans la maison de sa fille, aux murs encore rougis de sang, leur complicité est scellée dans un duel, les yeux bandés, de démontage-remontage de revolvers.

Le Hongkongais joue d’une froide lumière bleutée pour mettre en valeur les yeux d’Hallyday, « qui à eux seuls portent tellement d’histoires », insiste un To fasciné, dans un entretien à l’AFP.

Le cinéaste a chorégraphié des scènes de fusillade d’un lyrisme étonnant, notamment dans les bois, avec une lune qui joue à cache-cache, à l’image des personnages. Ou dans une décharge fouettée par le vent, où les tueurs s’affrontent dans une ronde, poussant des ballots de papiers à recycler leur servant de boucliers.

« La scène dans la décharge était importante : ces tueurs font eux aussi partie des bas-fonds », explique To dans un entretien à l’AFP, en soulignant avoir « voulu approcher le film comme un western de Peckinpah ». « La nature était aussi importante car dans le film le personnage de Johnny se bat contre le destin… il perd la mémoire », ajoute-t-il. « Ça veut dire quoi, se venger, quand on a tout oublié », se demande Costello.

Célèbre pour ses films noirs émaillés de traits d’humour, To termine sur une note d’espoir, peut-être moins adroite, en laissant Johnny/Costello sur une plage, sourire aux lèvres, entouré d’enfants.

Dévoilé dimanche lui aussi, Kinatay (ou « massacre ») signe le retour du Philippin Brillante Mendoza en compétition, un an après Serbis. Basé sur un fait divers, il relate un sauvage assassinat dans lequel est impliqué un jeune élève policier (Coco Martin).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related