Je m'abonne

Les eurodéputés priment « Welcome », film français sur l’aide aux clandestins

Le Parlement européen s’est impliqué dans le débat qui divise l’opinion française sur l’aide aux immigrés clandestins, considérée comme un délit en France, en attribuant mercredi son prix 2009 au film « Welcome » qui aborde cette question.

Le film du cinéaste Philippe Lioret, chronique sociale sur l’aide bénévole aux étrangers en situation irrégulière, avait entraîné, à sa sortie en mars, une polémique avec le ministre français de l’Immigration Eric Besson.

Le lauréat a profité de la cérémonie de remise du prix Lux pour réclamer l’amendement d’un article de la législation française qui prévoit pour ceux qui aideraient des clandestins jusqu’à cinq ans de prison et 30.000 euros d’amende. « Une aberration », selon ce cinéaste engagé.

« J’ai honte de vivre dans un pays qui propose une loi aussi inique », a-t-il dit devant la presse européenne, estimant que ce prix « signifie aussi que les eurodéputés sont un peu de (mon) avis puisqu’ils ont largement plébiscité le film ».

« Cela met à mon avis en cause le cynisme d’Eric Besson dans sa politique migratoire », a-t-il affirmé devant la presse, après la remise du trophée par le président du Parlement Jerzy Buzek.

Le cinéaste juge qu’il faut dépénaliser l’aide apportée aux étrangers en situation irrégulière, sauf si celle-ci est faite à des fins lucratives. Cette loi introduit selon les associations un « délit de solidarité ». Le ministre de l’Immigration récuse cette appellation, estimant que des personnes qui ont été condamnées étaient « allées plus loin » qu’un simple hébergement.

« Si quelque chose peut se passer au sujet de cet article de loi, ce sera une victoire », a ajouté mercredi le metteur en scène à l’intention des parlementaires européens.

« Je ne suis pas législateur ou parlementaire, alors je dis: à vous Strasbourg, à vous Bruxelles » d’oeuvrer pour un changement au niveau européen.

Une directive européenne de 2002 considère comme une « infraction » toute « aide directe ou indirecte à l’entrée, à la circulation ou au séjour » d’un immigré clandestin sur le territoire européen.

La directive précise que ces infractions font l’objet de « peines privatives de liberté d’un minimum de huit ans » uniquement lorsqu’elles sont commises dans le cadre des activités d’une organisation criminelle ou en mettant en danger la vie des personnes faisant l’objet de l’infraction.

Une autre directive baptisée « directive retour », adoptée en 2008, permet d’expulser des étrangers en situation irrégulière après 18 mois de placement en rétention et prévoit à leur encontre une interdiction de séjour de cinq ans dans l’Union européenne.

Cette dernière directive est fortement critiqué par l’ensemble des partis de gauche dans l’Union européenne, qui la qualifient de « directive de la honte ».

Dans un communiqué où elle se félicite de l’attribution du prix à « Welcome », la délégation socialiste belge au Parlement européen espère que « tous les députés européens sauront se rappeler les terribles images de ce film au moment où ils auront à se prononcer sur les futures directives européennes relatives à l’espace de liberté, de sécurité et de justice européen et qu’ils pourront dire définitivement non à une autre directive de la honte ».

« Welcome » raconte l’histoire d’un maître-nageur qui aide un clandestin kurde qui veut traverser la Manche à la nage pour se rendre en Grande-Bretagne. Il évoque les conditions de vie des immigrants et dénonce l’attitude des autorités françaises envers ceux qui tentent de les aider.

Related