Je m'abonne

Candidature de la Louisiane à l’OIF : le verdict en octobre

La Louisiane rejoindra-t-elle l’Organisation Internationale de la Francophonie ? Réponse en octobre lors du XVIIe sommet de la Francophonie, qui se tiendra à Erevan en Arménie.

« La candidature de la Louisiane est recevable », confirme Bertin Leblanc, le porte-parole de l’OIF. L’Etat américain, qui compte près de 250 000 francophones et 5 000 élèves inscrits dans un programme d’immersion bilingue, a remis sa candidature à l’organisation des pays de langue française le 5 avril dernier. En soixante-dix pages, l’Etat présente la situation de la langue française dans neufs espaces distincts : linguistique, pédagogique, culturel, communication, économique, politique et juridique, associatif ou encore international.

Ce dossier sera d’abord examiné par les ministres des Affaires étrangères des 84 états membres et observateurs de l’OIF. Sur leur recommandation, le dossier sera ensuite présenté aux dirigeants des état membres de l’organisation. « Les chefs d’Etats se concerteront et émettront un avis commun », explique Bertin Leblanc. Selon les statuts de l’OIF, la décision des 54 Etats et gouvernements membres de plein-droit « doit être prise à l’unanimité ».

Le verdict des chefs d’Etats sera annoncé à l’issue du sommet, le 12 octobre. Lors du dernier sommet de la Francophonie, à Madagascar en 2016, les candidatures de l’Ontario, de l’Argentine, de la Corée du Sud et de la Nouvelle-Calédonie avaient été acceptées, mais celle de l’Arabie Saoudite avait été rejetée. Avec la Louisiane, l’Irlande et la Gambie demandent également le statut de membre observateur cette année.

Une reconnaissance officielle et un avantage économique

La Louisiane bénéficie depuis 2006 du statut temporaire d’invité spécial de la Francophonie. Or, un statut permanent de membre observateur accorderait « une reconnaissance officielle aux communautés francophones locales », explique Scott Tilton. Depuis deux ans, cet Américain originaire de La Nouvelle-Orléans milite avec le CODOFIL — l’agence des affaires francophones en Louisiane — pour que son Etat natal rejoigne la Francophonie.

La cotisation annuelle à l’OIF s’élève à près de 10 000 dollars pour un état observateur, mais les retombées économiques sont substantielles. La Louisiane pourra notamment bénéficier des subventions de l’Agence Universitaire de la Francophonie qui encourage les échanges entre les universités des pays membres. Les actions de coopération multilatérale permettent également de renforcer les liens commerciaux entre les états.

« Un statut d’observateur officialiserait la présence de la Louisiane dans l’espace économique francophone », témoigne Peggy Feehan, la directrice du CODOFIL. « Si notre candidature est recommandée par le comité de sélection de l’OIF, je ne vois pas pourquoi les pays membres s’y opposeraient. C’est pratiquement dans le sac ! »

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related