fbpx
Je m'abonne

Le savon de Marseille : un produit naturel contre le virus

Lavez-vous les mains aussi souvent que possible, recommandent les experts depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Face à la pénurie de gel hydroalcoolique, le savon de Marseille, traditionnel et naturel, fait de plus en plus d’adeptes.

Cube de 400 grammes vert pâle, brun ou blanc cassé, estampillé de la mention « 72 % extra-pur », le savon de Marseille est une icône provençale. Traditionnellement dévolu au lavage du linge, ce cube rustique a quitté le rayon ménager des grandes surfaces pour nos salles de bains, porté par l’engouement autour des produits sains. Si les industriels se disputent son appellation, sa recette reste inchangée depuis des siècles.

En France, toutes les grands-mères ou presque ont possédé un savon de Marseille pour vaincre les taches rebelles des draps ou prendre soin d’une peau délicate. Biodégradable, hypoallergénique, nourrissant, sans colorant ni parfum ajouté, inaltérable, antimite et bactéricide, il fut l’un des produits d’hygiène français ayant contribué à la baisse de la mortalité infantile et des maladies infectieuses au XIXe siècle. En Provence, on lui prête des vertus extraordinaires. Un savon de Marseille au fond du lit préviendrait les rhumatismes et les crampes…

Un savoir-faire antique

Porté par l’engouement des consommateurs pour les produits sains, le savon de Marseille serait en passe de détrôner le gel douche, jugé trop chimique. La célèbre savonnette était « bio » avant l’heure… Elle voit le jour à Massilia (nom latin de la ville de Marseille) au XVe siècle. Aux graisses animales, les savonniers préfèrent d’emblée l’huile d’olive, d’où la couleur du savon tirant sur le vert.

Confortée en 1688 par un édit de Jean-Baptiste Colbert, imposant l’usage d’huiles d’olive pures, l’in-dustrie marseillaise prospère, renforcée par l’invention en 1789 de la soude caustique qui accroît la teneur en huile ou encore, dès 1840, par l’usage d’huiles de palme, d’arachide et de coprah qui confèrent au savon une couleur blanche et des propriétés moussantes accrues. Puis l’usage du lin fait virer le savon au jaune.

En 1913, à leur apogée, 90 savonneries marseillaises produisent 180 000 tonnes de savon par an. Mais l’arrivée des détergents et lessives en poudre après la guerre, puis celle du lave-linge, entraînent la crise du secteur. Une dizaine de petites usines subsistent aujourd’hui dans la ville et ses environs, sans compter une multitude d’artisans.

Made in Marseille, vraiment ?

Le savon de Marseille subit aussi la concurrence des contrefaçons bon marché, venues d’Asie et de Turquie ou d’Italie qui inondent la France de savonnettes indûment estampillées « de Marseille ». Faute d’AOC, l’appellation Savon de Marseille ne désigne pas le territoire mais le procédé de fabrication du savon : en chaudron, employant exclusivement des huiles végétales et garantissant au moins une teneur de 63 % de corps gras. En dépit de son nom, le savon de Marseille peut donc être produit n’importe où. La preuve, les Savonneries de l’Atlantique, qui saponifient en chaudron 4 000 tonnes de savon de Marseille par an sont établies… en banlieue de Nantes ! Au grand regret des savonniers phocéens qui réclament une Indication géographique réservée à Marseille et sa région.

Des dissensions existent aussi entre maîtres savonniers. Si tous demandent l’homologation d’un savon de Marseille traditionnel, à base d’huile végétale et de soude, certains tolèrent divers additifs, dont des parfums. Une hérésie pour le camp adverse, celui des « traditionalistes » réunis au sein de l’Union des professionnels du savon de Marseille, qui excluent toute addition de parfum ou de forme « fantaisiste ». Oubliés, alors, les beaux savons colorés, en forme de fruits ou d’animaux, sentant bon la fleur de citronnier, le chèvrefeuille, le tilleul ou l’amande douce.

La Cour d’appel de Paris a récemment rejeté la demande de protection du savon de Marseille sous une Indication géographique. Ce qui n’a pas empêché le célèbre savon d’obtenir son propre musée, le Musée du Savon de Marseille (MuSaMa), qui a ouvert en 2018 dans le quartier du Vieux Port. Un bel écrin pour ce produit naturel made in France. Quant à la célèbre marque Le Petit Marseillais, vendue entre autres chez Target ou Walgreens sous forme de gels douches parfumés, elle est fabriquée… par la multinationale américaine Johnson & Johnson.


Comment reconnaître le vrai savon de Marseille ?

Si 95 % des savons de Marseille ne sont pas authentiques, quelques indices permettent de le reconnaître : le savon doit être en forme de cube ou de pain, brun-vert ou blanc, comporter une empreinte sur les six faces et pas plus de six ingrédients naturels. Astuce infaillible : la contenance en huile du savon de Marseille le fait flotter ! En cas de doute, un peu d’eau suffit à l’expérimentation.

  • Le savon de Marseille est essentiel, #washyourhands, mais aussi créatif. Découvrez @asmrsavondemarseille sur Instagram.

    The Marseille soap is a must, #washyourhands, it can be creative too. Discover @asmrsavondemarseille on Instagram.

  • What is the documentation that the soap is antibacterial? And right now, we need antiviral. People need to question what they read carefully.

  • Where can I buy this soap and what is the cost? Is it available in the USA? I live in Philadelphia, PA.

  • Marseille soap can be purchased online from the U.S. on Amazon, where many French producers and distributors sell their products: Marius Fabre, La Maison du Savon de Marseille, Rampal Latour, Foufour, Pré de Provence, A la Maison de Provence, La Compagnie de Provence, etc. And, as France-Amérique reader Catherine Giraud suggested, you can also order it from her Los Angeles-based boutique, Lavender Blue.

    • Indeed! Food52 sells cubes and bars from Fer à Cheval, the oldest soap workshop in Marseille (see picture above).

  • @Suzanne B. Ashley :
    « Biodégradable, hypoallergénique, nourrissant, sans colorant ni parfum ajouté, inaltérable, antimite et bactéricide, il fut l’un des produits d’hygiène français ayant contribué à la baisse de la mortalité infantile et des maladies infectieuses au XIXe siècle. »
    Alors, ce savon doit être efficace contre les viruses.

  • Related