Je m'abonne

Nonna Mayer : « Le voyage aux Etats-Unis de Marine Le Pen risque de faire un flop »

Directrice de recherche au CNRS, professeure à NYU et auteure du livre Ces Français qui votent Le Pen, Nonna Mayer commente la venue aux Etats-Unis de la présidente du Front National. Entretien.

France-Amérique : Pourquoi, selon vous, Marine Le Pen a décidé de se rendre aux États-Unis pour sa campagne présidentielle ? Son père n’était venu qu’une fois en 1987, l’occasion de rencontrer Ronald Reagan.

Nonna Mayer : Elle veut clairement se donner une stature internationale. Elle est allée en Italie récemment pour rencontrer des élus d’extrême droite. Venir aux États-Unis, c’est se donner de l’importance. C’est pour ça qu’elle va tout faire pour rencontrer le plus de personnes ici.

Comment expliquez-vous son classement en 2010 parmi les 100 personnes les plus influentes du monde selon le Times.

Elle a réussi le buzz médiatique. En parlant des prières de rues, de l’immigration elle a eu l’attention des médias. Le Twittoscope en janvier 2011 avait montré qu’après Nicolas Sarkozy, elle était la deuxième personne politique la plus citée sur Twitter. Et puis le Times s’est intéressé à elle pour son profil : celui d’une femme, jeune, et d’extrême droite. C’est assez rare. Ça permettait au Times de faire un parallèle avec Sarah Palin.

Le Tea Party et le Front National sont-ils proches idéologiquement ?

Pas du tout. D’abord le Tea Party est un mouvement de rue au départ. Le seul point commun qu’on peut leur trouver, c’est le refus des élites. Les deux contestent le pouvoir en place. Ils sont aussi favorables à une démocratie directe, en passant notamment par des référendums. Ils veulent enlever le plus de pouvoir possible aux élites. Le Tea Party et le Front National sont tous deux des partis contestataires. Marine Le Pen voulait rencontrer Ron Paul car ils ont en commun un certain populisme et ils défendent le nationalisme et l’isolationnisme.

D’un autre côté, les deux partis ont une vision bien différente du rôle de l’Etat ?

Absolument. D’un côté, le Front national veut un État fort avec un important service public. C’est tout l’inverse pour le Tea Party qui est contre un Etat fédéral fort. Pendant les années Reagan, Jean-Marie Le Pen était proche du président américain car à ce moment-là, le Front national était libéral. Mais depuis, la politique économique de l’extrême-droite a changé.

Marine Le Pen est-elle connue des Américains ?

Pas vraiment. Pas plus que son père, je pense. Ils connaissent le nom Le Pen pour deux raisons : son classement dans le Times, et surtout le 21 avril 2002, dont beaucoup d’Américains ont entendu parler. Son voyage aux Etats-Unis risque de faire un flop.

 

Nonna Mayer tiendra le mercredi 9 novembre à 7 heures une conférence à la Maison Française de NYU sur le thème : « Le vote Front Nationaol à l’heure de Marine Le Pen ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related