fbpx
Je m'abonne
Banner website_back to school

Sarkozy proposera un référendum « avec deux questions » sur la formation « avant fin 2012 »

Nicolas Sarkozy a affirmé mardi que, s’il était réélu, il proposerait aux Français, « avant fin 2012 », un référendum avec « deux questions » sur la formation professionnelle des chômeurs, en cas d’absence d’accord avec les partenaires sociaux.

« Avant la fin de l’année 2012, je conduirai cette réforme » pour proposer « une formation qualifiante » aux chômeurs, qui seront « payés pendant cette formation » et à l’issue de laquelle ils devront « accepter l’emploi qui correspond à la formation reçue » et qu’ils ne pourront « pas refuser », a déclaré le président-candidat, qui était invité à s’exprimer devant la Fédération française du bâtiment, à Paris. « Si les partenaires sociaux considèrent que c’est trop risqué (…) alors je me tournerai vers le peuple français et je lui poserai deux questions par référendum », a-t-il précisé.

« Première question: êtes-vous d’accord pour qu’il y ait un droit à la formation professionnelle, quel que soit l’âge? Deuxième question: êtes-vous d’accord pour qu’après qu’on vous ait formé, on soit obligé d’accepter l’offre d’emploi qui correspond à cette formation? » a-t-il dit. « Le peuple répondra. Je ne me laisserai pas enfermer par une discussion de corps intermédiaire qui ne voudrait pas avancer », a insisté M. Sarkozy.

Le président-candidat, que tous les sondages donnent battu par François Hollande au soir du 6 mai, a également taclé à plusieurs reprises son adversaire socialiste, à propos notamment des 60.000 emplois qu’il veut créer dans l’Education nationale ou de ses déclarations vis-à-vis des marchés.

Selon M. Sarkozy, ce sont des « rodomontades et mouvements de biceps contre les marchés ». Avec « 60 000 postes de fonctionnaires de plus (…), vous renforcez votre dépendance aux marchés. M. Hollande a dit +je ferai barrage de mon corps+ mais ce n’est pas dit que ça marche », a-t-il ironisé. « Quand on pense qu’ils veulent gouverner la France, c’est moins drôle », a-t-il également affirmé.

 

Related