Je m'abonne

« Shoah » de Claude Lanzmann sur les écrans à New York

Shoah, le film de Claude Lanzmann témoignant de l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale est projeté au Lincoln Plaza de New York depuis le 10 décembre. Sorti il y a 25 ans, ce documentaire  de 9 heures et demie reste le plus puissant jamais réalisé sur cette période. Il sera également présenté à l’IFC le 24 décembre.

« Si j’avais pu ne pas nommer ce film, je l’aurais fait. Comment aurait-il pu y avoir un nom pour nommer un événement sans précédent dans l’histoire ? Je disais ‘la chose’ », explique Claude Lanzmann, venu en le 17 novembre présenter son film à l’IFC de New York. « Ce sont des rabbins qui ont trouvé le nom de Shoah. Mais cela veut dire anéantissement, cataclysme, catastrophe naturelle. Shoah, c’est un mot hébreu que je ne comprends pas. Un mot opaque que personne ne comprendra. Un acte de nomination radicale. Un nom qui est passé dans la langue, sauf aux États-Unis. » En 1985, lors de sa sortie mondiale, le film fut considéré comme une oeuvre majeure, aussi bien sur le plan cinématographique qu’historique, « les cinémas se changeant en synagogue, les rabbins demandant l’autorisation de pouvoir rester prier pendant les entractes », raconte encore Claude Lanzmann 25 ans plus tard. Ce fut un bouleversement extraordinaire. »

A la recherche des témoins vivants des crimes perpétrés contre les juifs entre 1939 et 1945,  Claude Lanzmann a parcouru le monde pendant douze ans pour recueillir les voix de ceux qui ont vécu la Solution Finale. Victimes et bourreaux ont accepté de témoigner, souvent pour la première fois. 
Le film confronte le spectateur à une réalité d’une violence inouïe, sans reconstitution, sans  image d’archives, avec seuls les visages et les larmes de ceux qui ont vécu et subi l’innommable : « Les personnes juives que je rencontre ne sont pas des déportés ordinaires, ce sont des gens qui sont allés jusqu’au bout du processus de destruction. Mon but était de témoigner de la radicalité de la mort dans les chambres à gaz », explique Claude Lanzmann.
Quand on lui demande pourquoi, et comment ces hommes et ces femmes ont accepté de  plonger dans les recoins les plus difficiles de leur mémoire, il évoque avec beaucoup d’émotion sa rencontre avec l’un des protagonistes. « L’un d’eux, Abraham Bomba, m’a demandé d’arrêter, il disait qu’il n’y arriverait pas, et je lui ai dit : ‘On doit le faire, on doit dire ce qui s’est passé, nous sommes tous dans le même bateau.’ Ce fut très difficile. »

Né à Paris en 1925, Claude Lanzmann entre dans la résistance alors qu’il est encore lycéen à Clermont-Ferrand. Après la guerre il fait ses études à l’université de Berlin. Il se lance dès 1950 dans le journalisme et réalise une série de reportages pour le quotidien Le Monde.  Il devient l’ami de Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, et collabore à la revue Les Temps Modernes qu’il dirige aujourd’hui. Il se bat contre la guerre en Algérie, se fait arrêter en 1960 pour sa participation au «Manifeste des 121», une déclaration signée par des intellectuels prônant l’insoumission. Il rédige dès 1967 dans Les Temps Modernes, un numéro spécial sur le conflit israélo-palestinien où pour la première fois, Juifs et Arabes exposent leur point de vue.

Au cours de l’été 1973, l’idée d’un documentaire unique prend forme. Ce projet, commandé par le ministre des affaires étrangères israélien, allait mettre douze années à se réaliser avant de s’afficher sur les écrans du monde entier en 1985 : c’est Shoah.

Infos pratiques

www.lincolnplazacinema.com

www.ifccenter.com/films/shoah/

A lire :  Le lièvre de Patagonie de  Claude Lanzmann, Gallimard, 757 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related

  • En route pour les CésarsEn route pour les Césars Les films en compétition ont été annoncés par le président de la cérémonie, Jean Rochefort. Deux films sont particulièrement mis en […] Posted in Cinema
  • Le cinéma français fait son show à New YorkLe cinéma français fait son show à New York Durant onze jours, le cinéma français sera à l'honneur à New York avec le festival Rendez-Vous with French Cinema. L'occasion de rencontrer Audrey Tautou, Romain Duris ou encore François […] Posted in Cinema