Je m'abonne

Le chic jusque dans les détails

Depuis 2014, Maison Guillemette orne les cheveux des mariées de turbans en tulle, diadèmes en perles brodées, couronnes de fleurs séchées, broches en strass et bandeaux. Récemment installée aux Etats-Unis, la marque française se distingue avec ses produits faits main, estampillés Made in France, ses petits prix et son univers bohème chic.

Pauline Bignan, responsable de la marque Maison Guillemette aux Etats-Unis, nous accueille dans son showroom new-yorkais, au quatrième étage d’un immeuble de l’Upper West Side. Au mur, Belle des champs, une couronne de fleurs séchées retenues par un ruban de satin irisé côtoie Riviera Ornament, un diadème sur lequel un ruban Mokuba en soie blanche entrelace une quarantaine de perles nacrées. « Nos pièces s’inspirent des codes traditionnels du mariage [le blanc, les perles, le voile] et de l’univers poétique du ballet », explique-t-elle. « La visite du showroom est importante pour les jeunes mariées qui peuvent ainsi toucher et essayer les accessoires avec leur robe. »

Les créations sont envoyées depuis Paris par la créatrice de la marque, Guillemette Ménard, une ancienne de chez Chanel qui est aussi la belle-sœur de Pauline Bignan. En 2014, la créatrice connaît ses premiers succès avec Nœud me quitte pas, une gamme de bracelets signés d’un nœud de ruban. « A l’époque, aucune marque ne s’était spécialisée sur le segment des accessoires de mariage », commente Guillemette Ménard. « Nous avons répondu aux demandes du marché. » Pauline Bignan rejoint le showroom parisien un an et demi plus tard avant de traverser l’Atlantique en septembre dernier.

Quarante-sept accessoires destinés aux jeunes mariées composent la nouvelle collection. Si les deux entrepreneuses ont su diversifier leur gamme, les achats motivés par un mariage représentent la moitié de leur chiffre d’affaires. Portée à l’arrière d’une robe dos nu ou épinglée sur un bandeau, leur broche Rock en cristal Swarovski ou le head band Cannes aux fleurs d’organza roses saumon, peuvent habiller une tenue de cocktail comme celle de la mariée. « Nos clientes les portent aussi bien le jour de leur mariage qu’au quotidien. »

Moins d’un an après l’ouverture du showroom new-yorkais, Maison Guillemette effectue déjà 8% du total de ses ventes aux Etats-Unis et espère atteindre quinze pour cent d’ici l’an prochain. Le showroom de l’Upper West Side n’accueille pour l’instant que des New-Yorkaises mais les commandes passées depuis la Californie sont en augmentation. En 2019, Pauline et Guillemette ouvriront leur première boutique parisienne.

=> Organisateurs de mariages, fleuristes, traiteurs, couturiers ou bijoutiers, ils ont traversé l’Atlantique pour développer leurs services aux Etats-Unis. Retrouvez chaque semaine dans France-Amérique le portrait d’un artisan français qui participe à l’industrie américaine du mariage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related

  • Une robe de mariée Made in FranceUne robe de mariée Made in France La créatrice Margaux Tardits conçoit des robes de mariée graphiques et glamour vendues à New York, et bientôt en Californie. Ses drapés s’inspirent des robes Dior dessinées par Maria […] Posted in Business
  • Le mariage français fait recette aux Etats-UnisLe mariage français fait recette aux Etats-Unis Aux Etats-Unis, l’attrait pour le chic français contribue à l’essor de l’industrie du mariage. Aux antipodes de l’imagerie stéréotypée du mariage à l’américaine où robes blanches satinées, […] Posted in Business