Je m'abonne

L’affaire Benalla, un Watergate français

La vie politique en France a soudain rallié les mœurs américaines au point que l'on évoque un Watergate. Les ingrédients se ressemblent, mais très dilués dans le cas français. L'affaire Benalla — du nom du collaborateur d’Emmanuel Macron licencié pour avoir agressé deux étudiants en marge des manifestations parisiennes du 1er Mai — est, en…

Subscribers Only

To be able to access this article,
log in or subscribe to France-Amérique.

  • L’incident place de la Contrescarpe n’a été considéré comme grave que par la position de ce voyou de Benalla au sein de l’Elysée. Eût-ce été un autre individu, ouvrier de son état, la presse n’aurait pas levé le petit doigt et l’opposition ne se serait pas déchainé comme elle l’a fait. On n’aurait rien retrouvé dans le Monde ou le Canard Enchainé. Cet état des lieux pourtant montre que Macron va s’en sortir non pas avec les honneurs mais avec une impunité certaine.

  • Manu could have said at the outset that he’d made a mistake by not doing his homework on Benalla. If cops are dangerous, and they are, cop wannabes are worse, this is Trayvon Martin without the fatality, luckily. Of course there might have been nothing in his file, but that would have got Manu off the hook. I also take issue with the comparison to Watergate, a much more serious affair. If we don’t believe Manu told Benalla to assault a couple of students, then there is no comparison at all.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related