Je m'abonne

L’essor des filières bilingues à New York (2/3) : « Assez de demande pour ouvrir 50 écoles supplémentaires ! »

Dans le second volet de notre série consacrée au bilinguisme, Fabrice Jaumont, pédagogue et auteur de l’ouvrage La révolution bilingue : Le futur de l’éducation s’écrit en deux langues, explique le rôle des parents d’élèves dans la création des classes d’immersion anglais-français à New York.

Plus de 80 000 personnes vivent à New York et parlent français à la maison, selon les derniers chiffres du Bureau américain du recensement. A cela, il faudrait ajouter tous les locuteurs du créole ou d’une langue africaine, voire de l’arabe, pour se faire une idée du nombre réel de francophones habitant New York. Selon mes calculs, au moins 22 000 sont des enfants en âge d’aller à l’école. C’est suffisant pour ouvrir plus de cinquante nouvelles écoles bilingues ! Mais la réalité est encore loin du compte : il existe pour le moment une vingtaine d’établissements bilingues privés et seulement dix écoles publiques.

Les options ne manquent pas pour les familles qui souhaitent offrir à leurs enfants une éducation française rigoureuse et ont les moyens de le faire. Parmi les établissements privés les plus réputés : le Lycée Français de New York, l’Ecole Internationale des Nations Unies, le Lyceum Kennedy, l’Ecole Internationale de Brooklyn, l’Ecole Internationale de New York (EINY), la French-American School of New York (FASNY) à Larchmont, la French-American Academy à Jersey City, et la French-American School of Princeton.

Mais nombre de familles francophones n’ont pas accès à ces offres. Les quartiers de Harlem, de Brooklyn, du Queens et du Bronx hébergent une population croissante d’immigrants francophones venus d’Europe et du Canada mais aussi d’Afrique et des Caraïbes. Ces arrivants, qui parlent souvent le wolof, le bambara ou le créole à la maison, n’ont pas toujours été identifiés comme locuteurs du français par les autorités scolaires de la ville. Ils sont passés inaperçus aux yeux de l’administration, mais leur besoin d’une éducation en langue française n’en est pas moins important. Ces jeunes familles dépendent du système public pour préserver l’héritage linguistique de leurs enfants.

Depuis l’ouverture de la première filière bilingue à l’école publique P.S. 58 de Brooklyn, des classes similaires ont été créées dans tous les boroughs de la ville à part Staten Island. De nouvelles filières sont à l’étude, à l’école primaire P.S. 5 de Bedford-Stuyvesant et à la Sofara International Charter School de Harlem par exemple. Deux collèges, M.S. 256 (Lafayette Academy) et M.S. 51, et un lycée, la Boerum Hill School for International Studies, assurent le continuum de cette offre gratuite.

L’initiative de parents et d’enseignants militants

Ces programmes sont souvent l’initiative de parents francophones mais la majorité des élèves et des candidats sont anglophones et n’ont aucun lien culturel ou linguistique avec la France. A l’école P.S. 20 de Clinton Hill et à la New York French American Charter School (NYFACS) de Harlem, les classes bilingues ont été initiées par des éducateurs qui souhaitaient aider les familles francophones défavorisées de leur quartier et par des parents américains qui souhaitaient que leurs enfants deviennent bilingues et bilettrés en anglais et en français.

Virgil-de-Voldere-Talcott-Camp

Talcott Camp et Virgil de Voldère en 2013. © Jonas Cuénin

Talcott Camp fait partie de ces parents militants. New-yorkaise et francophile, avocate spécialiste des droits civiques, elle souhaitait que ses deux enfants grandissent en parlant français. Elle a participé à la création d’une classe bilingue à l’école P.S. 84 de Manhattan avant de devenir secrétaire, puis présidente, de l’association Education en Français à New York (EFNY). « J’étais intéressée par l’apprentissage des langues étrangères », se souvient-elle, « mais la vraie raison pour laquelle je voulais que mes enfants intègrent une classe bilingue, c’est que je ne voulais pas qu’ils grandissent en ne parlant qu’une seule langue. Le multilinguisme est une richesse sur le plan culturel, intellectuel et politique, mais il ne m’était jamais venu à l’esprit que je pouvais créer une classe bilingue dans l’école de mes enfants. C’est un autre parent, Virgil de Voldère, qui m’a parlé de cette option. La directrice de l’époque a promis de nous aider si on réunissait assez de familles francophones ! »

Avec un groupe de parents, Talcott Camp a organisé une campagne de sensibilisation au bilinguisme à l’échelle de son quartier. Ils ont interrogé les familles de l’Upper West Side, dessiné et distribué des prospectus, créé un site internet et organisé des réunions d’information. Ils ont démontré à l’école que le nombre de familles intéressées justifiait l’ouverture d’une classe bilingue anglais-français. L’école primaire P.S. 84, déjà pionnière en matière d’éducation bilingue en espagnol, a été retenue pour accueillir le programme et les premiers élèves de la classe française ont fait leur rentrée en septembre 2008.

Près de 250 élèves venus d’Europe, du Canada, des Caraïbes et d’Afrique bénéficient aujourd’hui de ce programme d’immersion gratuit. Ils sont complètement bilingues en sortant du CM2 et possèdent une solide compréhension des cultures francophones et américaines. Symbole du succès des filières bilingues publiques de New York, huit écoles de la ville ont reçu le label d’excellence FrancEducation décerné par le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères !


=> Une conférence sur le plurilinguisme aura lieu le samedi 6 octobre 2018, de 9h à 13h, à l’Assemblée nationale à Paris. Fabrice Jaumont interviendra sur le rôle des parents dans la création de filières bilingues. Il présentera également son dernier livre,
La Révolution bilingue, à la Maison des étudiants canadiens à Paris le mercredi 10 octobre de 13h à 14h30.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related